Les deux parents, Rémi Daigle et Annie Blais, sont unanimes : jamais ils n’ont vu une progression si rapide chez Jacob, lui qui suit déjà des traitements de physiothérapie depuis longtemps.

Des progrès impressionnants pour Jacob

« Avant, il était souvent fatigué. Maintenant, il nous épuise avant qu’on l’épuise! » Annie Blais, la maman du petit Jacob, est loin de se plaindre de ce regain d’énergie. Atteint d’hypotonie musculaire, le garçonnet de trois ans connait une progression impressionnante au niveau moteur depuis qu’il reçoit ses traitements en chambre hyperbare.

En avril dernier, Annie Blais et Rémi Daigle lançaient une collecte de fonds afin d’amasser les 25 000 $ nécessaires à l’achat d’une chambre hyperbare. Grâce à une mobilisation citoyenne remarquable, leur objectif a finalement été atteint et Jacob a reçu sa chambre hyperbare à la fin du mois d’octobre.

« Maintenant, il se grimpe seul debout. Il fait des pas avec un peu d’aide ou sa marchette. Il est curieux. Son langage s’est aussi beaucoup développé, il répète beaucoup. Au niveau de la compréhension, ç’a vraiment débloqué, on voit qu’il a le goût d’apprendre », explique Annie Blais.

Toutes ces choses étaient absentes chez Jacob il y à peine six mois. L’hypotonie musculaire sévère dont il est atteint cause en effet un relâchement musculaire important affectant ses capacités motrices.

Mais si la progression de Jacob a débuté avant octobre, c’est grâce aux Chevaliers de Colomb de Danville qui ont offert la location d’une chambre hyperbare de 40 jours au début de l’été. « Ce qui est merveilleux, c’est qu’avec la chambre, les bienfaits se font ressentir de deux à trois mois après. Donc même si on a arrêté, on n’a rien perdu. Maintenant, on fait de deux à trois traitements par semaine avec Jacob », explique Rémi Daigle.

Les deux parents sont unanimes : jamais ils n’ont vu une progression si rapide chez Jacob, lui qui suit déjà des traitements de physiothérapie depuis longtemps.

Et si la chambre hyperbare est bel et bien chez eux et que les progrès de Jacob sont réels, les jeunes parents de Danville ont encore de la difficulté à croire qu’ils ont réussi à amasser la somme considérable de 25 000 $. « On est dépassé par la générosité des gens. C’est fou comment il y a un esprit de communauté qui s’est déclenché. Oui à Montréal il y a du monde, mais ça se tient pas, contrairement à ici », confie la maman.

« C’est de se promener dans la rue ou à l’épicerie et que les gens nous accostent pour nous donner de l’argent. On est vraiment étonné de l’amour et de la gratitude », renchérit le papa.

Il faut dire que plusieurs personnes ont contribué à la collecte de fonds et que les événements se sont enchainés pour atteindre l’objectif : souper spaghetti, brunch, vente de galettes, vente de hot-dogs… Une liste étoffée de bienfaiteurs que la famille a remerciés chaleureusement via la page Facebook dédiée à Jacob.

Un traitement mal reconnu

Consciente que d’autres parents travaillent aussi à amasser les sous nécessaires pour une chambre hyperbare, la jeune maman leur lance le conseil de ne jamais abandonner. « Il faut y croire, ne pas se laisser décourager! »

Elle et son conjoint espèrent du même fait que cette attention portée aux chambres hyperbares ouvre des avenues pour ce traitement aux bienfaits mal reconnus. « Ça pourrait être déductible d’impôts. Il pourrait aussi y avoir des centres de location avec des traitements sur place », suggère Rémi Daigle.

La prochaine étape pour Jacob? Continuer les traitements hyperbares jumelés à la physiothérapie et à l’orthophonie. « On ne peut pas savoir si Jacob va un jour rattraper tout son retard, s’il sera complètement normal. Mais avec ce qu’on voit, on a espoir », estime Annie Blais.