Édith Pelletier, directrice générale de la CSS, Stéphane Bégin, président du Souper du partage, ainsi que Suzanne Lafleur, dg de la Banque alimentaire Memphrémagog, ont annoncé que des paniers de denrées alimentaires seraient offerts à des familles de la région dans le cadre de la présente rentrée scolaire.

Des paniers de la rentrée offerts à Magog

Conscients que la rentrée scolaire pose un défi particulier à certaines familles, trois organismes du secteur de Magog ont décidé de s’unir pour offrir des denrées à des gens dans le besoin sans attendre le temps des fêtes.

Le Souper du partage Jean Pelchat, la Banque alimentaire Memphrémagog ainsi que la Commission scolaire des Sommets sont les principaux artisans de ce projet-pilote visant à faciliter la vie à une soixantaine de familles avec enfants fréquentant une ou des écoles de la MRC de Memphrémagog. Le député sortant d’Orford, Pierre Reid, et Provigo le marché ont également contribué financièrement au projet.

Président du Souper du partage, Stéphane Bégin indique que son organisme a d’abord analysé en profondeur les besoins de la population. L’idée de créer des paniers de la rentrée a alors émergé et elle a débouché sur l’instauration du projet-pilote annoncé mercredi, lors d’une conférence de presse, à Magog.

« On espère faire un succès de notre projet », reconnaît M. Bégin, tout en se disant bien conscient que la rentrée scolaire force souvent les familles à effectuer des dépenses importantes.

Directrice générale de la Commission scolaire des Sommets (CSS), Édith Pelletier souligne pour sa part que plusieurs enfants provenant de « familles défavorisées » fréquentent des écoles de la MRC de Memphrémagog.

« Des jeunes arrivent en classe avec le ventre vide et c’est le genre de chose qui rend peu ou pas disposé aux apprentissages. On avait déjà des repas qui étaient donnés à des enfants dans nos écoles, mais on voulait bonifier l’offre », confie Mme Pelletier.

La directrice générale de la CSS affirme que de multiples raisons expliquent le phénomène des « ventres vides », qui ne disparaît pas même en période d’effervescence économique. « La détresse sociale, la maladie, le manque d’organisation et l’abus de substances en sont quelques-unes », dit-elle.

Quant à elle, la directrice générale de la Banque alimentaire Memphrémagog, Suzanne Lafleur, est bien placée pour constater que des foyers ont davantage de mal à joindre les deux bouts à cette période-ci de l’année. « On a eu plus de demandes qu’à l’habitude mardi », remarque-t-elle.

Notons en terminant que la prochaine édition du Souper du partage se tiendra le 3 novembre à l’école secondaire de la Ruche, à Magog. L’événement permet tous les ans d’amasser des fonds pour la confection de paniers de Noël.