Jean Lavigne a craint un bris important de son camion à cause des trois nids-de-poule, visibles sur la photo, qui jalonnent la route 263 à la sortie du village de Marston.

Des nids-de-poule qui inquiètent un citoyen à Marston

Un citoyen de Marston trouve que le ministère des Transports du Québec prend beaucoup de temps à réparer une portion d’asphalte sur la route 263, qui correspond à la rue Principale de son village, près de l’intersection du Chemin de la Baie-Victoria, aux abords de la sortie de Marston vers Piopolis.

Jean Lavigne croit que la situation perdure depuis un bon mois. C’est qu’il s’y trouve trois bons gros nids-de-poule, bien alignés, dans lesquels il a eu une mésaventure avec sa camionnette.

« Ils attendent peut-être une catastrophe, car ici le trafic est assez intense. Il s’intensifie à ce temps-ci de l’année où les gens viennent avec leurs bateaux prendre le Chemin de la Baie-Victoria. Le tourisme estival est déjà commencé, les vélos circulent aussi, de même que les gens qui viennent pêcher. Il y a ici un 50 pieds environ d’entonnoir de trafic avec deux entrées de rues secondaires », fait-il valoir.

« Mon intervention se veut responsable et intelligente. Il y a un risque d’accident majeur, de collision frontale, car les gens vont vite. Je le sais, je passe ici tous les jours. On ne voit pas bien, dans le haut de la côte, s’il vient quelqu’un. Ça va de mal en pis, il y a de moins en moins de marge de manœuvre. Il va y avoir des dommages quelconques, car il y a un bout de zone à l’aveugle, à la croisée des chemins. »

L’homme ajoute que des événements d’importance vont également passer par cet endroit, soit le Grand Tour du lac Mégantic à vélo, le 2 juin, par la suite le Tour de Beauce et le Triathlon extrême Canada Man/Woman, en juillet.

« Il ne faudrait pas que le ministère des Transports attende qu’il soit dans la période des grands travaux, pour agir. Cela va être tard ! Avec l’accotement en gravier, les vélos doivent se tasser vers le milieu de la route ou s’arrêter complètement. »