David Morin est un des porte-parole du groupe de citoyens craignant le projet Divertigo.

Des Magogois s'opposent au parc de jeux aériens

Le projet de parc de jeux aériens à la plage des Cantons demeure un sujet chaud à Magog : des résidents du secteur affichent des craintes, mais quelques citoyens commencent à prendre la défense du promoteur et de la municipalité.
Plusieurs citoyens inquiets sont intervenus lors de la période des questions, au terme de la dernière assemblée publique du conseil municipal de Magog lundi. Ils ont notamment déposé une pétition de plus de 150 noms devant les élus de la municipalité.
« On a amassé toutes ces signatures en seulement 72 heures, a remarqué David Morin, un des porte-parole du groupe. Il y a des gens du voisinage, mais aussi des Magogois résidant dans d'autres secteurs de la ville et des personnes de l'extérieur qui ont signé. Ça dépasse le cadre magogois. »
Malgré la position défendue par son groupe, M. Morin a adopté un ton relativement conciliant lundi soir. « On est intéressé à discuter avec vous de la manière dont il serait possible de développer la plage », a-t-il indiqué d'entrée de jeu, ajoutant plus tard que le développement touristique et l'entrepreneuriat lui paraissaient deux objectifs « légitimes ».
Il a cependant fait valoir que la Ville de Magog ne dispose d'aucune étude d'impact liée au projet Divertigo et a dit craindre que la valeur des maisons diminue, autour de la plage, une fois que le parc de jeux aériens aura été construit.
Affirmant avoir connu la famille ayant fait don des terrains de la plage des Cantons à la Ville, Claude Gérin est intervenu pour dénoncer très clairement le projet. « Aller lire le contrat comme il faut. Vous êtes en fait les fiduciaires de M. Southière. En soi, ce qui est proposé est intéressant, mais vous ne le placez pas au bon endroit », a-t-il lancé.
Des appuis
Visiblement agacé par les critiques entendues depuis le dévoilement du projet, Marcel Lacasse a indirectement pris la défense du promoteur Marco Patry et des élus magogois.
« J'ai résidé dans le secteur, a-t-il noté. Avant, les jeunes de l'OTJ de toute la ville étaient regroupés à la plage des Cantons. On retrouvait plein de bâtiments sur le site. À mon avis, ce lieu est celui de tous les Magogois et c'est à la municipalité de décider de son avenir. »
Président du comité sur la famille et l'habitation de la Ville de Magog, le conseiller municipal Steve Robert a enchaîné en mentionnant avoir « passé son enfance à la plage des Cantons ». « Je souhaite que ça reste un parc pour les gens de Magog et adapté aux habitants de la ville. »
La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a pour sa part tenté de se faire rassurante en soulignant que le parc de jeux ne sera pas exploité après la tombée du jour et qu'on ne coupera aucun arbre dans le boisé situé dans la portion est de la plage.
Elle a ajouté que des mesures peuvent également être prises pour atténuer l'impact sonore du projet.
Une séance d'information portant sur le projet Divertigo se tiendra le 23 février, à compter de 19 h 30, à l'hôtel de ville de Magog. Le promoteur sera présent à celle-ci.