La Régie de police de Memphrémagog a ouvert une enquête concernant des fraudes de type « petits chiens à donner » sur son territoire.

Des Magogois fraudés pour des « petits chiens à donner »

La Régie de police de Memphrémagog (RPM) a ouvert une enquête sur une possible vague de fraudes du type « petits chiens à donner ».

Le ou les fraudeurs utilisent la page Facebook « Blackmarket »  sous différents noms. Une annonce est placée pour chien de race « Chiwawa à donner », indique la RPM.

Les potentielles victimes écrivent qu’elles sont intéressées et commencent une conversation écrite via le web, selon Sylvain Guay, lieutenant à la RPM.

« Au final, le chien à donner devient un chien pour lequel les personnes intéressées doivent débourser pour une cage de transport pour l’avion, le vaccin exigé par le transporteur, etc. Il y a ensuite une conversation téléphonique pour la façon d’envoyer l’agent par Néosurf », explique-t-il.

« Les personnes sont flouées d’environ 1000 $ avant de constater qu’il s’agissait d’une fraude. Les chiens à donner provenaient de l’Ontario ou l’Ouest canadien, de façon à obliger du transport aérien pour obtenir de l’argent. »

La Régie de police de Memphrémagog tient à prévenir la population concernant cette forme de fraude qui a été signalée ces dernières semaines.

Courriels d’hameçonnage

Du côté de la Ville de Magog, on invite la population à faire preuve de vigilance, particulièrement face aux nombreux courriels d’hameçonnage qui inondent internet.

« L’hameçonnage est une menace en forte croissance. Les pourriels frauduleux ressemblent à s’y méprendre à de vrais messages provenant d’une source de confiance, comme une institution financière, un détaillant en ligne ou un organisme gouvernemental », indique Claudia Fortin, directrice des communications et des technologies de l’information. 

« Malgré des systèmes de sécurité performants, il arrive que l’identité de la Ville de Magog soit utilisée à notre insu par des pirates informatiques. Ce faisant, certaines personnes pourraient recevoir un pourriel frauduleux qui ressemble à un réel courriel provenant de la Ville de Magog. Il s’agit d’une problématique qui est malheureusement difficile à contrôler et c’est pourquoi nous souhaitons aider les citoyens à reconnaître les courriels frauduleux. » 

Ces messages sont souvent alarmants et visent à déclencher une réaction impulsive. Ils incitent à cliquer sur un lien pour vérifier ses informations ou remplir un formulaire. En cas de doute, il ne faut pas cliquer sur ces liens, ni ouvrir une pièce jointe ou encore remplir des formulaires, mentionne-t-on.