Alex Hovington, administrateur à la Résidence Les trois sphères, a concédé que les infrastructures du bâtiment et la formation du personnel ne sont pas optimales pour faire face à la canicule.

Des leçons à tirer de la canicule

La récente canicule a été meurtrière en Estrie, où la Direction de la santé publique a dénombré neuf décès. L’un d’eux est survenu le 5 juillet à la Résidence Les trois sphères de Granby, a appris La Voix de l’Est. Le lendemain, un autre usager de l’endroit a dû être admis à l’hôpital de Granby pour un coup de chaleur. La direction de l’établissement compte apporter plusieurs correctifs pour mieux faire face à un futur épisode de température extrême.

Infernal. C’est le qualificatif qu’a utilisé une employée pour décrire la chaleur accablante dans la résidence pour personnes âgées de la rue Drummond au cours des derniers jours. « La semaine passée, c’était fou raide. La chaleur était insupportable à plusieurs endroits ici, a-t-elle confié. Il faisait près de 30 degrés Celsius dans certaines chambres de résidents. »

Armés de bouteilles d’eau et de friandises glacées, les membres de l’équipe de l’établissement privé pour personnes autonomes et en perte d’autonomie ont tenté de soulager les usagers. La vague de chaleur historique a néanmoins emporté Roger Jolin, un résident de 89 ans. « M. Jolin est venu manger le matin. Ça allait relativement bien. Mais les choses ont tourné autrement par la suite », a raconté Nathalie Boutin, préposée aux bénéficiaires. L’octogénaire a été retrouvé quelques heures plus tard dans sa chambre, inerte sur le sol. « Selon moi, c’était un coup de chaleur », a-t-elle dit. L’homme a été transporté par ambulance au centre hospitalier de Granby (CHG), où son décès a été constaté.

Surveillance

La catastrophe a été évitée de peu le lendemain (6 juillet). Un autre usager de la Résidence Les trois sphères, dont nous préférons taire l’identité, a alors subi les contrecoups de la température chaude jumelée à un fort humidex. « Un membre de la famille [du résident] a retonti en pleine canicule pour aller le promener pendant au moins 20 minutes dehors. Il était beaucoup trop habillé. Ça n’avait pas de bon sens par une telle température, a clamé Nathalie Boutin. Mais on ne l’a pas vu sortir. Quand il est rentré, je me suis aperçue que ça n’allait pas bien. » L’homme a pu réintégrer la résidence après un court séjour au CHG.

Par ailleurs, la préposée aux bénéficiaires a mentionné que la mixité de la clientèle de l’établissement rend complexe sa surveillance. Elle a également fait remarquer que la médication que prennent plusieurs usagers fait en sorte qu’ils ne détectent pas les signes de déshydratation. « C’est très important de connaître les particularités de chaque résident, surtout en période de chaleur, pour éviter que leur état de santé déjà fragile se détériore », a-t-elle fait valoir. 

Correctifs

En entrevue à La Voix de l’Est, la direction de la Résidence Les trois sphères, a concédé que les infrastructures du bâtiment ainsi que la formation du personnel ne sont pas optimales pour faire face à la canicule. « On est propriétaire de l’établissement depuis seulement le 1er mars. [...] Ce n’est pas la résidence qui avait la meilleure réputation quand on l’a achetée. Il y avait aussi beaucoup de défauts dans la bâtisse, contrairement à d’autres que l’on a construites. [...] Il faut changer la culture de l’entreprise, notamment les habitudes alimentaires », a indiqué Alex Hovington, administrateur à la résidence.

Selon ce dernier, l’installation d’un climatiseur dans une aire commune du bâtiment est dans les cartons à court terme. La direction compte également bonifier la formation du personnel. « Quand il fait chaud, je veux qu’on rassemble les résidents dans un endroit plus frais. Je veux que l’on ait les yeux sur tout le monde. Les préposées doivent faire des tournées régulières [auprès des usagers] pour voir si tout va bien. Elles doivent s’assurer que les résidents boivent au moins une bouteille d’eau par heure. Les repas doivent aussi être ajustés en conséquence. »

La conscientisation des proches des résidents est aussi au programme. « Le plus difficile à gérer, ce sont les mauvaises habitudes des usagers. Plutôt que de boire de l’eau, certaines personnes âgées prennent un verre de Pepsi ou un café en après-midi. Ça les déshydrate encore plus et ça les précipite vers un coup de chaleur. [...] Sans compter que certaines personnes s’habillent beaucoup trop, a dit Alex Hovington, soulignant que l’établissement abrite beaucoup de marcheurs. C’est important de surveiller tout ça. Notre personnel doit le faire, mais les familles ont aussi un rôle à jouer. »

À l’échelle provinciale, la récente canicule a fait 70 morts. En Estrie, sur les neuf décès recensés liés à la chaleur, sept étaient des hommes, a indiqué la Direction de la santé publique. Selon l’organisation, les victimes étaient âgées entre la quarantaine et 93 ans. Le CIUSSS de l’Estrie a toutefois refusé de préciser de quelles villes elles étaient originaires.