Les élèves de l’école primaire Notre-Dame-du-Sacré-Cœur à Weedon sont venus parader pour remercier les aînés pour les sacs de bonbons qui leur ont été remis. De quoi réchauffer le cœur de ces aînés!
Les élèves de l’école primaire Notre-Dame-du-Sacré-Cœur à Weedon sont venus parader pour remercier les aînés pour les sacs de bonbons qui leur ont été remis. De quoi réchauffer le cœur de ces aînés!

Des écoliers costumés pour égayer les aînés du CHSLD de Weedon

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Les liens sont tissés serrés entre les résidents du CHSLD de Weedon et les écoliers de l’école primaire Notre-Dame-du-Sacré-Cœur. Il faut dire qu’il n’y a que l’église qui sépare les deux institutions… La tenue d’activités intergénérationnelles est d’autant plus facile grâce à cette grande proximité.

Alors que se poursuit une veille d’éclosion dans un département de ce CHSLD, il a fallu faire preuve d’ingéniosité pour réussir à tenir une activité d’Halloween malgré tout.

« Généralement, les élèves venaient faire une tournée dans les chambres pour récolter des bonbons... Évidemment, cette année, ce n’était pas possible. Alors j’ai acheté des bonbons. Je les ai mis en quarantaine 72 heures. Des résidents ont fait des sacs pour les enfants. Encore une quarantaine. Ensuite je les ai envoyés à l’école. Encore une quarantaine de 72 heures à l’école avant que les enseignants les distribuent aux élèves », raconte en riant Mélina Veilleux, éducatrice spécialisée au CHSLD de Weedon.

Pour remercier les personnes âgées pour leurs sacs de friandises, les élèves de l’école primaire sont donc allés parader devant le CHSLD vendredi matin. Pour l’occasion, certains résidents s’étaient chaudement habillés pour aller les voir dans le jardin. D’autres sont allés dans les fenêtres pour saluer les princesses, les licornes, les superhéros (ou héroïnes) et les vampires de l’école primaire.

Sur place, les enfants étaient rayonnants. Et les aînés souriaient, les yeux brillants. Et Mélina Veilleux ne cachait pas son bonheur face à ses résidents qui auront quand même pu avoir un petit goût d’Halloween malgré ces circonstances venant tout compliquer.

« Même s’il y avait eu seulement un résident qui serait tout heureux de voir les enfants costumés, ç’aurait valu tous nos efforts », mentionne-t-elle avec fierté.