Des compensations jugées ridicules par des producteurs agricoles et forestiers

L’Union des producteurs agricoles (UPA) de l’Estrie et le Syndicat des producteurs forestiers du Sud du Québec (SPFSQ) ont reçu le mandat de certains de leurs membres touchés par le tracé prévu pour la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic de les représenter lors des négociations avec les gouvernements.

C’est que le tracé retenu par le fédéral et le provincial crée beaucoup d’incertitude auprès de ces derniers. Ils s’inquiètent, entre autres, des compensations financières, pour lesquelles un montant jugé ridicule de 1,9 M$ est prévu dans le budget global de 133 M$.

Des interrogations majeures persistent également quant à la procédure d’acquisition des espaces nécessaires pour la voie ferrée, l’accès au territoire et la complexité du dossier.

« Au Québec, nous avons un historique de bonnes relations avec les instances gouvernementales quant aux projets de développement d’infrastructures. Pensons à Hydro-Québec ou à Gaz Métro, avec qui nous avons des ententes-cadres qui balisent les mesures d’atténuation et les indemnités aux propriétaires touchés. Pour la voie de contournement de Lac-Mégantic, c’est différent. Aucune entente du genre n’est négociée avec le fédéral », a déclaré François Bourassa, président de l’UPA-Estrie.

Le tracé retenu par les gouvernements affectera plus de 72 hectares zonés agricoles appartenant à 33 propriétaires agroforestiers individuels différents, qui devront être expropriés. Cela aura pour conséquences de diviser les propriétés, de complexifier les accès à ces propriétés ou de créer des enclaves inaccessibles. Au final, la valeur marchande des propriétés entières en sera diminuée.

« Tous ces désagréments ne peuvent être évités si le projet voit le jour. Il faudra donc que les indemnités et les montants d’acquisition soient proportionnels aux inconvénients que subiront de manière permanente nos propriétaires agricoles et forestiers touchés », a confié pour sa part André Roy, président du SPFSQ.

Les travaux préliminaires sur le terrain étant prévus à l’automne, les intervenants de la Ville de Lac-Mégantic devraient être rencontrés bientôt.