L'homme d'affaires Pierre Bolduc.

Des commerçants magogois protestent contre la perte d'espaces de stationnement

Le projet de revitalisation du centre-ville de Magog crée des mécontents chez les commerçants et les propriétaires d'immeubles situés en bordure de la rue Principale. Le conseil municipal accepte de tendre l'oreille au mécontentement exprimé, mais fait valoir que le projet est déjà très avancé.
Lors de l'assemblée du conseil municipal tenue lundi soir, plusieurs gens d'affaires ont pris la parole et ont demandé à la Ville de Magog de refaire ses devoirs. Toutes les interventions ou presque ont porté sur la disparition de nombreux espaces de stationnement au parc des Braves, qui se trouve en plein coeur du centre-ville de Magog.
L'homme d'affaires Pierre Bolduc a été le premier à s'exprimer concernant la disparition annoncée d'une soixantaine d'espaces dans le stationnement du parc des Braves. Il a présenté une pétition de plus de 450 noms exigeant de la Ville de Magog un réexamen du dossier.
Au micro, M. Bolduc a affirmé qu'il avait averti les autorités municipales dès 2015 que la disparition d'espaces de stationnement, au coeur du centre-ville, constituerait un problème.
« J'ai exprimé dès le départ que c'était important de garder l'ensemble, sinon la très grande majorité, de ceux existant à cet endroit-là, a souligné l'homme d'affaires. Mais j'ai plutôt perçu qu'on voulait me convaincre que ce n'était pas nécessaire. J'ai vu les plans finaux, il y a environ deux mois, et j'ai été estomaqué de voir ce qui était planifié. »
Pierre Bolduc a de plus laissé entendre que des entreprises de services risquent de quitter le centre-ville, advenant le retrait d'un trop grand nombre d'espaces de stationnement. « Je conviens qu'on pourrait demander aux employés de certains commerces de marcher un peu plus pour se rendre au travail. Mais ça ne devrait pas s'appliquer aux gens des bureaux », a-t-il suggéré.
Propriétaire d'Impact coiffure Magog, Nicole Alie a pour sa part prétendu que la Ville a élaboré un projet trop ambitieux au parc des Braves. « Tout le monde me dit que c'est absurde de l'agrandir autant, compte tenu qu'on a déjà un parc dans le secteur et je parle ici de la pointe Merry », a-t-elle déclaré.
Quant à lui, le restaurateur Alain Roger a invité la Ville à envisager une solution de compromis. « J'étais sur le comité chargé du dossier et j'ai toujours pensé que les rangées de stationnement un et deux seraient conservées. Je pense qu'il y a de la place pour un compromis », a-t-il confié.
La Ville a consulté
Coprésidente du comité de revitalisation du centre-ville de Magog, Diane Pelletier a rappelé que le projet a été conçu en fonction des souhaits formulés par l'ensemble des acteurs du dossier. Elle a aussi indiqué qu'il faut éviter des délais inutiles, si on souhaite réaliser la presque totalité des travaux prévus par la Ville en 2018.
« On s'est engagé à conserver le même nombre d'espaces de stationnement au centre-ville. Bien sûr, la configuration changera », a mentionné Mme Pelletier, en rappelant que 61 espaces seront ajoutés à proximité de l'hôtel de ville.
Notons que les travaux au parc des Braves ne constituent qu'une portion d'un projet nettement plus vaste dont la valeur est estimée à 22 millions $. La rue Principale sera notamment reconstruite au complet, au centre-ville, et les fils aux abords de celle-ci seront enfouis.