Des centaines de maisons équipées de compteur d’eau à Magog

Des compteurs d’eau seront installés dans quelques centaines de maisons, à Magog. L’objectif des autorités municipales n’est pas d’exiger que les citoyens paient l’eau potable en fonction de leur utilisation, mais plutôt d’avoir une meilleure idée de la consommation des foyers à différents endroits sur le territoire magogois.

«Nous allons prendre un échantillonnage de 300 maisons, situées dans divers quartiers, et placer des compteurs d’eau dans chacune d’entre elles. Cela nous permettra d’obtenir des données qui nous seront très utiles», indique la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

Pour mieux comprendre les motivations de la Ville de Magog, il faut savoir que le gouvernement du Québec souhaite une diminution de la consommation d’eau potable de 10 pour cent et que le gaspillage diminue du double.

«Pour septembre 2018, il faut que la consommation moyenne par jour des individus soit réduite à 410 litres alors qu’elle était d’environ 450 selon les dernières informations que j’ai eues, dit Vicki-May Hamm. Si on n’atteint pas les cibles, on risque d’être pénalisé.»

Comme dans de nombreuses municipalités, les propriétaires de maisons à Magog paient un tarif pour l’eau potable à tous les ans. La municipalité semble obtenir suffisamment de revenus grâce à ce tarif, qui est révisé annuellement, et «n’a pas l’intention de créer une nouvelle taxe d’eau», assure Mme Hamm.

Par contre, les citoyens doivent s’attendre à ce que la municipalité lutte de plus en plus vigoureusement contre le gaspillage d’eau et la surconsommation de cette ressource. «Il y a des gens qui nettoient encore leur cour en asphalte avec leur boyau d’arrosage. Je n’en reviens pas quand je vois ce genre de comportement.»

Par ailleurs, des compteurs supplémentaires seront installés à l’intérieur de plusieurs bâtiments abritant des entreprises et organismes en tout genre, à Magog. La Ville de Magog a réservé un montant de 1,5 million $ pour l’installation des compteurs destinés aux industries, commerces et institutions ainsi que pour ceux qui aboutiront dans les résidences.