Des ambulanciers paramédicaux de Windsor en grève jeudi

Des ambulanciers de Windsor, membres de la Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ), exerceront leur droit de grève à partir de jeudi.
Le Tribunal administratif du travail (TAT) a autorisé la grève à partir de minuit une minute puisqu'elle respecte les services essentiels pour assurer la santé et la sécurité de la population, annonce le syndicat.
La Fraternité des paramédics de Thetford Mines-Disraeli se joindra aussi à ce mouvement de grève d'ampleur nationale.
En effet, l'ensemble des membres de la FPHQ y participe afin de dénouer l'impasse du renouvellement des conventions collectives, ajoute-t-on. On interpelle directement le ministre de la Santé.
«Nos membres n'en peuvent tout simplement plus d'être pris entre l'arbre et l'écorce. Le ministre Gaétan Barrette doit absolument prendre les moyens nécessaires pour permettre aux employeurs de mettre fin à ce conflit qui perdure », explique Daniel Chouinard, président de la FPHQ.
Sécurité des patients assurée
« Il est certain que nous nous assurerons toujours d'assurer un service irréprochable à la population. L'ensemble de nos membres ont l'intérêt public à coeur et n'accepteront jamais de compromettre la sécurité de nos concitoyens », termine M. Chouinard.
Pour la durée de la grève, les parties patronale et syndicale ont convenu que les ambulanciers travailleront toutes les plages horaires prévues (incluant les ajouts demandés par l'employeur) lors de transports interhospitaliers (les paramédics refuseront de transporter les escortes médicales au retour, sauf lorsqu'il y aura un patient à bord du véhicule ambulancier).
Toutefois, le lavage de l'extérieur des véhicules ambulanciers ne sera pas effectué (sauf si requis pour assurer la sécurité; le lavage de l'intérieur des véhicules ambulanciers sera fait comme à l'habitude), les services d'ambulance dédiés à certains événements ponctuels seront réduits et les ambulanciers ne rempliront que partiellement le formulaire de facturation AS-810.
En outre, la fraternité s'engage à fournir, à la demande de l'employeur, le personnel nécessaire pour faire face aux situations exceptionnelles et urgentes non prévues à l'entente, précise-t-on.
Rappelons que du 24 février au 2 mars dernier, les ambulanciers paramédicaux de la Coopérative de travailleurs d'ambulance de l'Estrie ont fait la grève pour une période de sept jours.
Les répartiteurs médicaux d'urgence (RMU) de l'Estrie sont quant à eux en débrayage pour une durée indéterminée depuis la semaine dernière.