Laurier Maheux, un bénévole de longue date pour plusieurs causes à Lac-Mégantic, voit à la bonne marche de la Popote roulante depuis cinq ans, après y avoir été simple bénévole pendant 10 ans. De quoi s’occuper depuis sa retraite de l’enseignement en 2005.

Derrière la Popote roulante depuis 15 ans

À Lac-Mégantic, le nom de Laurier Maheux est synonyme de bénévolat, puisqu’il a été bénévole presque toute sa vie et un peu à toutes les sauces, ayant épousé plusieurs causes. On le retrouve actuellement président des Marmitons de Mégantic inc., l’organisme qui fournit les services de la Popote roulante à Lac-Mégantic, dont M. Maheux est coordonnateur depuis cinq ans, après 10 ans à y œuvrer comme simple bénévole.

Ce natif de Saint-Honoré-de-Shenley, dans la Beauce, ne cherche pas longtemps dans ses souvenirs pour évoquer des causes qu’il a adoptées au cours des années. Âgé de 74 ans, il s’est occupé du hockey mineur, du comité de liturgie, de l’église et de la Fondation des maladies du cœur du Québec, entre autres. Pour cette dernière, il organisait chaque année un radiothon, à CKFL dans le temps, et plaçait des tirelires un peu partout pour amasser le plus d’argent possible…

Pas surprenant que sous sa gouverne, et grâce au travail d’équipe qu’il a organisé, il fasse un succès de la Popote roulante qui dessert Lac-Mégantic. « C’est une belle œuvre, et tellement nécessaire! » s’exclame-t-il.

Il a débuté comme livreur des repas de l’organisme aux personnes en perte d’autonomie, en 2005, à sa retraite de l’enseignement à la polyvalente Montignac. Il y a enseigné à l’ouverture, dès 1972, l’anglais au début, puis pratiquement toutes les matières, sauf l’éducation physique, durant sa carrière.

« Nous avons tellement de demandes, on ne peut pas fournir. Nous distribuons 52 repas le mardi midi et le même nombre le jeudi midi, livrés de 11 h 15 à midi. La ville est séparée en trois secteurs, pour faciliter les choses. Les personnes paient seulement cinq dollars pour le repas. Il y a une liste d’attente. La seule condition, que la personne soit en perte d’autonomie. Mais je ne veux pas de liste d’attente interminable ni que la personne qui fait une demande justifiée attende un an avant qu’on puisse faire quelque chose pour elle… J’ai une manière de fonctionner qui consiste en une rotation. Je me permets de demander parfois à certaines personnes qui peuvent passer un repas de me permettre de satisfaire une nouvelle demande. Ou bien il y en a qui préviennent qu’ils ne seront pas chez eux telle date, ce qui me permet d’étendre le service à d’autres. Mais ils retrouvent leur place par la suite », explique M. Maheux.

« Quelque 82 pour cent de notre clientèle a 75 ans et plus, 50 pour cent 85 ans et plus et une dizaine de personnes a plus de 90 ans. En 2019, nous avons livré 3920 repas. La Popote roulante ferme en juillet et août, de même que deux semaines aux Fêtes. Tout le monde est bénévole, même les cuisinières. On ne paie même pas les frais d’essence des livreurs. »

Laurier Maheux ne tarit pas d’éloges pour sa belle équipe qui se dévoue complètement. « Nous avons une très belle atmosphère de travail. Et je me dis qu’il faut que ça marche, que le service se fasse. Je suis prêt à en faire un peu plus, s’il le faut. Les livreurs ne font que chauffer leur automobile, ils ont une personne appelée baladeuse avec eux qui entre le repas chez la personne desservie et perçoit l’argent. En tout, nous sommes une quarantaine de bénévoles. Pour s’offrir comme bénévole ou faire une demande, les gens peuvent m’appeler au 819 583-3549. »