Julie Morin, mairesse de Lac-Mégantic : « Pour moi, ce n’est pas le comment et le quand, c’est plutôt le résultat. C’est un aboutissement très positif pour améliorer la sécurité. »

Déménagement de la gare de triage : soulagement à Lac-Mégantic

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, se réjouit du déménagement de la cour de triage de Nantes, et celle de Vachon à Frontenac, vers le parc industriel de Lac-Mégantic, annoncé mercredi par le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau.

« Nous récoltons les fruits de la mobilisation. Tout le monde est d’accord, la Coalition pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, les trois municipalités de Nantes, Frontenac et Lac-Mégantic, de même que la Société de développement économique du Granit (SDÉG), les entreprises, les médias… », a-t-elle énuméré. « Ce n’est pas le comment, ni le quand, pour moi, c’est le résultat qui compte. Dans ce projet, ce qui est important, c’est de minimiser les risques pour la sécurité de la population. Ils ont attendu que l’étude soit faite à savoir si l’espace est suffisant dans le parc industriel, de même que les négociations avec le gouvernement du Québec. Les fonctionnaires y travaillent déjà. Cela va définitivement faire remonter l’acceptabilité sociale du projet. »

À LIRE AUSSI: Voie de contournement : le triage se fera au parc industriel de Lac-Mégantic


De plus, la mairesse fait remarquer que cette mesure augmentera le potentiel de développement économique.

« Déjà le téléphone sonne. Des entreprises appellent, elles veulent être localisées près de la cour de triage pour profiter de la proximité du service ferroviaire. Cela peut amener d’autres entreprises dans notre parc industriel. Car nous sommes proches du côté du Maine, aux États-Unis. Il y a peu de parcs industriels desservis par le train. C’est un avantage au niveau économique. Et un aboutissement très positif pour améliorer la sécurité pour la population, compte tenu de la problématique du relief de Lac-Mégantic », a conclu Mme Morin.

« Solution logique »

Le député Mégantic-L’Érable, Luc Berthold, quant à lui, accueille favorablement la décision du fédéral et du provincial de déplacer les activités ferroviaires de Nantes et Frontenac. « Il s’agit de la solution logique pour une situation inacceptable. Bravo aux intervenants de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac pour leur ténacité dans ce dossier, a-t-il indiqué. Il faut maintenant accélérer le projet de voie de contournement et tout mettre en œuvre pour que les voies ferrées soient sécuritaires en tout temps! »

Le député demande à Transports Canada de « tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des citoyens d’ici à ce que la voie de contournement soit en service et de faire en sorte que les failles identifiées soient corrigées immédiatement. »

La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, pour sa part, accuse le ministre Marc Garneau d’avoir infligé un trop long supplice à la population de Lac-Mégantic.

Heureuse de cette annonce pour la population locale, elle pousse un soupir de soulagement mais demande « pourquoi avoir attendu si longtemps? La joie que ressent aujourd’hui la population de Lac-Mégantic suite à cette annonce est assombrie par le caractère électoraliste que vous lui donnez. »

Il faut dire que la population réclamait cette annonce depuis six ans. « Il aura fallu deux déraillements mineurs le 24 août dernier, à Nantes, dont celui d’un convoi transportant des matières dangereuses, pour faire comprendre au ministre Garneau que le danger de catastrophe est toujours bien réel à Lac-Mégantic, comme partout dans l’Estrie? Pourquoi le ministre n’applique-t-il pas le principe de précaution? Les 253 réparations sur les rails de la CMQR de Lac-Mégantic à Farnham ne sont pas complétées ni toutes fiables. Il le sait depuis mai 2019. »