La Dre Mélissa Généreux, directrice de la santé publique en Estrie, a accepté la présidence d'honneur du Défi têtes rasées 2019 en Estrie et elle a accepté de se faire couper huit pouces de chevelure pour l'occasion. Elle le fait pour des enfants comme Ève Fortier qui a eu le cancer à l'âge de 13 ans et qui, à 18 ans, terminera bientôt sa période de rémission de 5 ans.

Défi têtes rasées: Dre Généreux se coupera la «couette»

SHERBROOKE - Lors du lancement du Défi têtes rasées, mardi, Leucan Estrie a annoncé fièrement l'implication de la Dre Mélissa Généreux, directrice de la santé publique de l'Estrie, à titre de présidente d'honneur de l'édition 2019 de l'événement, qui se tiendra le 26 mai au Carrefour de l'Estrie.

« Le cancer pédiatrique n'est pas une maladie si fréquente, mais elle a des conséquences énormes pour l'enfant qui en est atteint et ses proches. À titre de directrice de la santé publique de l'Estrie, je travaille beaucoup en prévention, mais force est de constater que la prévention a ses limites. Pour ce qui est du cancer pédiatrique, on connait très peu les causes alors c'est très difficile de le prévenir. Il reste la recherche médicale et le soutien aux enfants et à leur famille. Ce n'est pas parce qu'on ne peut pas le prévenir qu'on n'a pas tous un rôle à jouer », a résumé la Dre Généreux, qui s'est fixé l'objectif d'amasser 10 000 $ pour Leucan grâce à sa participation au Défi « coupe couette » qui consiste à se départir d'un minimum de 8 pouces de cheveux.

« Ceux qui me connaissent savent que ce geste que je m'apprête à poser n'est pas banal. Perdre ma longue tignasse blonde représente pour moi un réel sacrifice. Je me raisonne en pensant à tous ces enfants qui ont vécu des expériences bien pires et qui trouvent la force de sourire », souligne la présidente d'honneur.

En tout, le Défi têtes rasées de Sherbrooke vise à attirer 90 participants et amasser plus de 50 000 $. Depuis 40 ans, Leucan a remis près de 20 M$ à la recherche clinique, faisant progresser le taux de survie de 15 % à 82 %.

Rémission

La période de rémission d'Ève Fortier se terminera au printemps. « J'avais 13 ans quand j'ai eu mon diagnostic. C'est grâce à mon petit frère qui m'a fait tomber en tirant une chaise. Je suis reconnaissante, car sans lui, on aurait trouvé mon cancer plus tard et les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves », explique la jeune femme qui a maintenant 18 ans.

À cause de sa chute, Ève s'est fait mal au dos, sa mère a remarqué une grosse bosse en l'examinant et la famille a consulté son médecin de famille. Finalement, l'adolescente avait un sarcome d'Ewing, une forme de cancer des os qui touche principalement les enfants, de la grosseur d'un demi-pamplemousse. 

« J'ai fait de la chimio, de la radio et j'ai été opérée. Pendant cette année de traitement, mes parents s'étaient rasé les cheveux pour pas que je sois seule sans cheveux. Leucan nous a aidés. Mes parents, qui se sont séparés, ont réussi à mieux se parler. Et moi, j'ai eu aussi de l'art thérapie et de la massothérapie. J'ai aussi pu parler avec des gens et réaliser ce que la société peut nous amener de bien après la maladie. De voir le positif, ça fait la différence dans le combat », a témoigné Ève.

Par ailleurs, 70 % des enfants qui survivent à un cancer pédiatrique développeront des séquelles. Dans 30 % des cas, ces problèmes seront sévères. En 2018, le Défi têtes rasées Leucan a franchi le cap des 90 000 têtes rasées, depuis la première édition.

Leucan Estrie invite la population à s'inscrire au Défi de Sherbrooke sur le site tetesrasees.com. Il est également possible de faire un don à la présidente d'honneur ou de créer un Défi personnalisé, permettant ainsi de déterminer la date, l'heure, l'endroit ainsi que l'envergure du Défi.