L’école Jardin-des-Lacs pourrait utiliser des locaux appartenant à la municipalité de Saint-Denis-de-Brompton afin d’accueillir tous ses élèves à la prochaine rentrée scolaire.

Débordement d’élèves anticipés : Saint-Denis prête à offrir des locaux

L’école Jardin-des-Lacs pourrait utiliser des locaux appartenant à la municipalité de Saint-Denis-de-Brompton afin d’accueillir tous ses élèves à la prochaine rentrée scolaire. Des discussions sont en cours entre la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) et la municipalité. Parallèlement, Saint-Denis est en processus d’acquisition de l’église, qui demeurera un lieu de culte mais dont les espaces pourront aussi servir à la Ville.

C’est connu : la seule école primaire de Saint-Denis est très à l’étroit. Celle-ci a déjà fait l’objet d’un agrandissement en 2014, mais ce n’est plus suffisant. Avant que les travaux ne soient faits, la Municipalité avait fait construire à ses frais deux locaux dans l’aréna, juste à côté de l’école; elle avait investi environ 400 000 $ pour accueillir les élèves en 2012.

Ce sont ces locaux que la Municipalité pourrait prêter à l’école. Celle-ci a besoin de deux locaux supplémentaires pour l’année scolaire 2019.

« On est en train de faire une évaluation des locaux et de voir ce qu’on peut laisser aller », commente le maire de Saint-Denis-de-Brompton, Jean-Luc Beauchemin. « Il n’y a rien d’arrêté, mais on est très ouvert », souligne M. Beauchemin, en ajoutant qu’on veut du même coup éviter le transfert des élèves vers d’autres écoles. Le maire a soumis différentes hypothèses à l’organisation scolaire, par exemple en termes de location des espaces à la CSRS.

« Ça réglerait une bonne partie du problème pour la rentrée scolaire 2019 », commente le président de la CSRS, Gilles Normand.

La CSRS aura un portrait plus clair du nombre d’élèves dans ses écoles après la période d’inscriptions en février.

D’autres écoles à l’étroit

Cet automne, on apprenait que des écoles situées en périphérie qui avaient été jusqu’ici épargnées par les transferts administratifs (dont Jardin-des-Lacs) pourraient dorénavant être confrontées à des déplacements d’élèves. En cas de problème, la commission scolaire pourrait devoir revoir les ententes avec ces écoles. Pour le moment, dans les établissements en périphérie, Jardin-des-Lacs est la seule qui est problématique en termes de débordement, selon la CSRS.

À Jardin-des-Lacs, selon les prévisions des effectifs, les besoins de locaux pourraient grimper à trois au total pour 2020.

La CSRS a déposé une demande d’agrandissement pour Jardin-des-Lacs; la réponse de Québec est attendue ce printemps.

Saint-Denis est elle-même à court d’espace, notamment pour ses organismes communautaires. Si elle prête les espaces qu’elle avait fait construire à la CSRS, elle pourrait envisager l’utilisation de roulottes pour les occupants des locaux, note M. Beauchemin.

La municipalité utilise déjà les locaux du sous-sol de l’église Saint-Denis. « On est en processus d’acquisition », précise M. Beauchemin, en ajoutant que le lieu de culte serait conservé. M. Beauchemin a préféré ne pas s’avancer sur les coûts de l’acquisition, en soulignant que les deux parties sont à préparer une entente.

Jardin-des-Lacs n’est pas la seule à être à l’étroit; c’est le cas de plusieurs établissements.

C’est le cas, entre autres, à la Maisonnée située boulevard Mi-Vallon, à Mitchell-Montcalm, de même que pour Marie-Reine, dans l’est de Sherbrooke, où le personnel et le conseil d’établissement souhaitent convaincre la CSRS de déposer une demande d’agrandissement. Il est encore trop tôt, cependant, pour dire si la CSRS accédera à cette demande. Le comité de révision des territoires d’appartenance poursuit son travail d’analyse.

Rappelons que l’organisation scolaire a déposé plusieurs demandes d’ajouts d’espace à Québec. Elle souhaite faire construire une nouvelle école, baptisée l’école D, dans le secteur d’Ascot, de même qu’une toute nouvelle école secondaire de 1000 places, dont l’emplacement officiel n’a pas encore été déterminé. Elle vise aussi l’agrandissement et le réaménagement du Centre 24–Juin, un projet évalué à 67 M$. Finalement, elle a aussi déposé des demandes d’ajouts d’espace pour les écoles Sylvestre et des Avenues.