Une soixantaine de citoyens se sont présentés au conseil municipal d'Orford lundi soir pour manifester leur mécontentement face au déboisement qui a été réalisé au cours des dernières semaines à partir du chemin Alfred-Desrochers.

Déboisement: cri du coeur de citoyens d'Orford

Une soixantaine de citoyens se sont présentés au conseil municipal d'Orford lundi soir pour manifester leur mécontentement face au déboisement qui a été réalisé au cours des dernières semaines à partir du chemin Alfred-Desrochers.
Mercredi dernier, une pétition a été lancée par le groupe de citoyens Protégeons Orford, qui affirme que l'« important déboisement » a été entamé sans que l'entrepreneur ait obtenu « tous les permis appropriés de la municipalité et des autres instances gouvernementales ».
Ayant déjà amassé plus de 330 signatures, la pétition demande à la municipalité un « moratoire sur tout nouveau projet immobilier sur le territoire ».
« Des vérifications ont été faites par les responsables de la municipalité avec le résultat qu'effectivement, il y a des activités de déboisement qui ont été réalisées sans permis », a avoué d'entrée de jeu le maire d'Orford, Jean-Pierre Adam.
« On est actuellement à faire un suivi pour une infraction en matière d'abattage d'arbres. Je veux préciser que ce déboisement-là était fait dans le cadre d'un projet de rue sans issue, d'une longueur de 590 mètres à partir du chemin Alfred-Desrochers. (...) C'est un projet qui est à l'étude par le conseil depuis l'été 2015 », a-t-il ajouté.
M. Adam a précisé que le promoteur fautif était passible d'une amende de 200 $, une affirmation qui a provoqué un éclat de rire général dans la salle.
Les explications du maire ont été loin de satisfaire les citoyens, qui ont été nombreux à exprimer leur colère.
« Ça me fait plaisir d'entendre, monsieur le maire, que vous vous êtes soudainement réveillés et que vous avez réalisé qu'il y avait des travaux de développement brutal. Ça fait déjà au moins trois semaines que nous, dans le secteur, on entend les travaux. Ce soir, vous nous dites qu'à cause de l'article de La Tribune de ce matin, vous venez de savoir que ça existait... » a ironisé Pierre Frappier.
« Nous vous avons fait confiance, monsieur le maire, en votant pour vous, a déclaré Philippe Jonnaert. Ce qu'on constate aujourd'hui, (...) c'est que peut-être que les promoteurs immobiliers passent avant vos citoyens. Ce que je demande, c'est que vous acceptiez de prendre en considération ce que les citoyens vous apportent comme cri d'alarme aujourd'hui. Protégez notre environnement, protégez notre milieu de vie, celui qu'on a choisi. »
Transparence
Même s'il a déjà été question du nouveau projet de développement près du chemin Alfred-Desrochers lors d'autres séances du conseil municipal, plusieurs citoyens considèrent que la municipalité ne les a pas bien tenus au courant de ce qui se passait véritablement dans ce dossier.
« En tant que citoyens, nous voulons être consultés de façon transparente sur les développements futurs de notre municipalité. Est-il normal qu'en 2017, les convocations soient seulement imprimées dans les avis divers d'un journal papier (...)? » a déploré Pierre Boutet.
« Ça serait bien que quand vous faites de consultations, les choses soient vulgarisées et expliquées clairement », a mentionné Denis Tremblay, qui soulignait avoir déjà participé à une séance du conseil où ce développement immobilier avait été abordé, sans toutefois avoir saisi ses impacts réels.
Le maire Jean-Pierre Adam a indiqué qu'étant donné les points de vue soulevés par les citoyens, la poursuite du projet ferait l'objet de discussion entre les conseillers municipaux et lui.