Une propriété de 60 hectares sera préservée dans le secteur de Saint-Étienne-de-Bolton. On aperçoit sur la photo Paul Archer et Joël Bonin, de Conservation de la nature Canada, Marie-Josée Auclair, présidente du Corridor appalachien, le député Denis Paradis, la mairesse de Saint-Étienne-de-Bolton, Michèle Turcotte, ainsi que Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien.

De nouvelles terres protégées à Saint-Étienne-de-Bolton

De nouvelles terres seront protégées dans le secteur de Saint-Étienne-de-Bolton, plus précisément sur le flanc est du mont Saint-Étienne, grâce à Conservation de la nature Canada (CNC) et au Corridor appalachien.

Ce sont plus de 60 hectares de terres additionnelles qui seront préservées dans le secteur de Saint-Étienne-de-Bolton, une des municipalités les moins populeuses de la MRC de Memphrémagog. Des dons en provenance du Canada et des États-Unis ont permis l’achat de la propriété. « La préservation de grands espaces toujours à l’état naturel ajoute à l’attrait paysager de la région, fait valoir la directrice générale de l’organisme Corridor appalachien, Mélanie Lelièvre. Ce nouveau site permet aussi à des mammifères à grand espace vital, comme l’ours noir, l’orignal et le pécan, de se déplacer plus facilement entre des territoires plus favorables à leur survie. »

Selon les informations transmises par les organismes impliqués, plusieurs « espèces en situation précaire » seraient présentes à l’intérieur du territoire protégé. Les ruisseaux de la propriété constitueraient notamment des « habitats de choix » pour les salamandres sombre et pourpre, deux espèces qui font l’objet d’un suivi de la part de la communauté scientifique au Canada. « La protection des ruisseaux qui sont situés en amont du bassin versant de la rivière Missisquoi Nord contribuera au maintien de la qualité de l’eau pour l’une des plus importantes populations de tortues des bois au Québec. Les canards noir et branchu dépendent également des habitats humides et aquatiques de bonne qualité existant dans ce secteur », indique un communiqué émis vendredi.

« De beaux projets »

Député de Brome-Missisquoi, Denis Paradis salue pour sa part la collaboration entre CNC et Corridor appalachien. « Vous avez toujours de beaux projets », a-t-il déclaré à l’occasion d’une conférence de presse à Saint-Étienne-de-Bolton vendredi.
Invité à expliquer ce qu’apportent de tels projets aux communautés locales, le vice-président associé de CNC au Québec, Joël Bonin, a rappelé que les aires protégées sont souvent sillonnées de sentiers et donc parfaites pour s’adonner à la randonnée pédestre. « L’offre de sentiers attire les touristes. Ça a donc un impact économique », estime-t-il.

Mélanie Lelièvre renchérit en affirmant que la « biodiversité crée de la richesse dans les communautés. Vous savez, tout le monde voudrait avoir une aire protégée dans son arrière-cour. »