Pierre Bail, président du Centre d'interprétation de l'ardoise (cinquième à partir de la gauche) est entouré des collaborateurs et artistes de la programmation 2017 du musée. On aperçoit également Lorraine Denis, directrice (deuxième à partir de la droite).

De nouveaux circuits au pays de l'ardoise

Le Centre d'interprétation de l'ardoise de Richmond propose une programmation estivale étoffée cette année. Les nouveaux circuits de découvertes et les Lectures-théâtres, en passant par les traditionnelles expositions, sont autant de moyens de faire la promotion du patrimoine ardoisier de l'endroit.
« Trois circuits avec un guide se font en minibus. Le premier illustre l'histoire et le patrimoine bâti avec des constructions recouvertes d'ardoise, le second privilégie le patrimoine religieux avec la visite de quatre églises à toitures d'ardoise, et la troisième prévoit la visite d'une carrière en exploration et d'un futur site archéologique », explique Pierre Bail, président du Centre.
Une collaboration entre le parc Nautique de Richmond et le Centre d'interprétation permet un quatrième circuit bien particulier, celui d'observer le paysage culturel de la région en kayak.
« À partir de la voie ancestrale des Abénakis, soit la rivière Saint-François, on abordera l'histoire de Melbourne et Richmond d'un autre point de vue », précise M. Bail.
Regrouper sous le thème « Richmond, unique ville du patrimoine ardoisier », Pierre Bail mentionne que « la région de Richmond est le seul endroit au pays où l'on peut retrouver un tel assemblage relié à l'ardoise ».
Pour sa 26e saison, les administrateurs du musée ont choisi de sortir de leur bâtiment afin de mieux faire découvrir ce qu'ils appellent « le pays de l'ardoise ».
Afin de bonifier sa programmation, le Centre offre également des activités artistiques. Ainsi, les amoureux du théâtre trouveront leur compte avec les Lectures-théâtres de l'ardoisier. Matieu Gaumond, ex-enseignant au Conservatoire d'art dramatique de Québec et nouveau résident de la région, mettra en scène trois lectures au cours de l'été. « Sans l'appui de décors, de costumes, ni d'éclairage sophistiqué, des comédiens liront des textes d'auteurs contemporains tels Yasmina Reza, Jacques Rampal et Jean Daigle », précise l'homme de théâtre.
Outre ces nouveautés, les traditionnelles expositions temporaires en arts visuels sont de retour cette saison. Ainsi, jusqu'au 23 juillet, les visiteurs pourront admirer les travaux des membres du collectif de dessinateurs Croquis tout court. Ce groupe présente une rétrospective de ses interprétations des maisons anciennes et des rues de Richmond.
Dès le 29 juillet, le photographe Laurent Frey présentera le fruit de ses explorations d'ombres et de lumière avec son exposition Claire-Obscur.
Pour une deuxième année, l'événement-bénéfice « Un après-midi au musée » propose une expérience unique aux donateurs. Le samedi 8 juillet, Matieu Gaumond présentera une Lecture-théâtre de la pièce « L'Homme du hasard » de Yasmina Reza. Suivra le cocktail dînatoire avec les artistes.