De l'eau sale dans ses bassins de pisciculture

SHERBROOKE - Yves La Madeleine en a assez. Lors de grosses averses, de l'eau sale et remplie de sédiments s'écoule d'une carrière voisine vers ses bassinsdédiés à l'élevage de poissons. M. La Madeleine avait déjà dénoncé la situation en 2003, mais les écoulements de la dernière semaine lui ont coûté un contrat de 4700 $ et lui ont même empêché d'ensemencer son bassin.

La pisciculture L'Arc-en-ciel de M. La Madeleine est située près de la carrière de l'entreprise Excavation R. Toulouse & Fils sur le Chemin de la Rivière à Saint-François-Xavier-de-Brompton. Lors des averses, la couleur de l'eau change et il y a des matières en suspension qui se retrouvent dans les bassins de la pisciculture. 

Selon Yves La Madeleine, les écoulements en provenance de la carrière sont pires cette année et c'est la première fois qu'il a des pertes monétaires en lien avec cette situation.

« Je mets 10 000 bébés poissons dans un étang chaque année, mais cette année je ne peux pas le faire en raison de la qualité de l'eau, indique M. La Madeleine. Ça va me pénaliser pendant deux ans. J'avais une commande en fin de semaine pour 1500 livres de poisson. Ils arrivent avec des camions-citernes et je dois les remplir d'eau pour transporter les poissons, mais je ne pouvais pas le faire parce que l'eau est trop brouillée et sale. J'ai dû annuler. C'était un nouveau client, ça paraît mal. Et ce matin si j'avais une commande ça serait la même chose. »

Aucune mortalité

La qualité de l'eau ne cause pas la mort des poissons, admet Yves La Madeleine, mais des impacts concrets se font tout de même sentir.

« Ce ne sont pas des produits chimiques, les poissons ne meurent pas, précise-t-il. Mais c'est nocif pour les petits poissons. Ils respirent avec leurs branchies et les matières dans l'eau agissent comme du papier sablé. Ça peut affecter la santé du poisson et le rendre plus sensible à d'autres maladies. »

M. La Madeleine affirme être en contact avec un représentant de la compagnie propriétaire de la carrière. Les demandes d'entrevues de la part de La Tribune sont toutefois demeurées sans réponse.

Aucun changement depuis 2003

La même situation avait été dénoncée en 2003 par M. La Madeleine, notamment dans les pages de La Tribune, mais selon lui aucune démarche n'avait été entreprise par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« Je veux que ça cesse, lance-t-il. J'aimerais ça qu'il y ait de la relève pour la pisciculture. »

Il a rencontré mercredi à Sherbrooke des représentants du Ministère.

« J'ai été cordialement reçu et ils m'ont dit que c'était une situation inacceptable et qu'ils allaient mettre en place des mesures. »

Un porte-parole du Ministère a confirmé à La Tribune qu'un dossier était bel et bien ouvert pour cette situation.

Yves La Madeleine s'est également adressé aux petites créances et est dans le processus de création de dossier.

Yves La Madeleine