Pour la première fois, de la bière est offerte à la Fête des vendanges Magog-Orford. Sur la photo, Paul Mercier-Ross du Siboire sert un verre.

De la bière aux Vendanges

Même si le vin est le cœur et l’âme de la Fête des vendanges Magog-Orford, de la bière est maintenant offerte aux festivaliers. Le Siboire, une entreprise estrienne bien établie, et Canton Brasse, une microbrasserie ouverte depuis peu à Orford, offrent leurs spécialités aux festivaliers dans la grande tente.

La directrice générale pour la 26e édition de l’événement, Myriam Boily, offre de la bière à la Fête des vendanges pour la première fois. « On a fait ça pour suivre les tendances des gens. En questionnant les visiteurs, on s’est rendu compte que les gens aiment le vin, mais s’intéressent aux bières des microbrasseries, aux spiritueux et aux autres produits. On a décidé d’intégrer les microbrasseries au sein du grand pavillon et c’est un franc succès », exprime-t-elle.

« Le centre du pavillon de dégustation demeure les vignobles québécois, poursuit-elle. Cependant, nous avons tellement de bons produits au Québec qu’on a intégré les cidres, la bière et les produits de l’érable. »

Le président de la Fête des vendanges depuis le tout début, Jean-Paul Scieur, se réjouit d’augmenter l’offre. « Depuis 2016, la loi 88 permet aux gens de vendre les alcools du Québec dans les épiceries. On a créé un permis de production artisanale. Les alcools artisanaux du Québec ont explosé. La demande est là. La mission de la Fête des vendanges, c’est d’être une vitrine pour pouvoir connaître les produits », rappelle celui qui est également copropriétaire du vignoble le Cep d’Argent. « On a amené des produits qui permettent de poursuivre la dégustation de vin, explique pour sa part Paul Mercier-Ross, un employé du Siboire. On n’a pas amené des bières trop fortes en alcool, on a amené quelque chose qui permet de prendre une petite pause, des bières d’été rafraîchissantes. »

Le copropriétaire de Canton Brasse, Maxime Paquette, assure que la réception des festivaliers est bonne. « Les gens sont heureux d’avoir une alternative au vin. On est super contents, car c’est local et ça fait partie de notre philosophie d’entreprise. Quoi de mieux que de commencer chez nos voisins à Magog ? »

« Les gens sont étonnés de voir une microbrasserie à Orford, renchérit-il. Ils sont heureux, car c’est proche de chez eux. C’est une autre alternative. »

Belle fin de semaine, lundi pluvieux

Si Dame nature a été clémente avec l’organisation samedi et dimanche, la journée de lundi a été plus tranquille, notamment à cause de la pluie. Pour Jean-Paul Scieur, le mauvais temps et le moins grand achalandage ne sont pas nécessairement des points négatifs. « Le facteur température joue beaucoup dans l’achalandage, mais le lundi n’est jamais une grosse journée même s’il fait beau. Samedi et dimanche, on a vu une augmentation d’achalandage par rapport à l’an dernier. C’est minime, mais c’est quand même une augmentation. Aujourd’hui, on a moins de monde, mais on prend plus de temps pour parler à la clientèle », pense le commerçant.

« Les gens sont quand même au rendez-vous lundi, analyse pour sa part Myriam Boily. C’est un peu plus tranquille à cause de la température qu’on ne peut pas contrôler, mais nos deux grosses journées ont été exceptionnelles. »

Les travaux importants qui sont en cours au centre-ville de Magog n’ont « aucun impact » sur l’événement, assure la directrice générale. « La Fête des vendanges est ancrée. Je me fais poser des questions, on ne peut pas cacher qu’il y a des travaux au centre-ville. Cependant, toute la partie près de la fête est rouverte. Les travaux ne nous influencent pas vraiment. Nos stationnements sont libres », résume-t-elle.

Le Fête des vendanges se poursuivra samedi et dimanche prochain.

Le mixologue André Duncan a animé plusieurs conférences ludiques lors de la première fin de semaine de la Fête des vendanges Magog-Orford.

Le Pavillon des spiritueux fait mouche

Breuvages alcoolisés et non alcoolisés, ateliers culinaires, musiques, dégustations et produits locaux, la Fête des vendanges qui ne s’adressait autrefois qu’aux adeptes du vin se veut beaucoup plus flexible. 

« Initialement, la Fête des vendanges a été créée pour promouvoir les vins québécois. À la 26e année, c’est beaucoup plus que ça. L’incontournable, c’est définitivement le Pavillon des dégustations où il y a des produits alcoolisés du Québec, affirme la directrice générale de l’événement, Myriam Boily. On y trouve autant des vins, du cidre ainsi que des produits agroalimentaires. Notre objectif est de faire découvrir les produits du Québec. Chaque année on essaie tout de même de se renouveler et d’offrir des nouveautés. » 

Dans ce Pavillon des spiritueux, des mixologues sont également présents pour guider les visiteurs et leur concocter des coquetels à leur image. 

« Ils n’ont qu’à dire ce qu’ils aiment et le mixologue va créer le coquetel parfait pour la personne », souligne la directrice générale. 

Un coquetel à base de thé et de café ? C’est possible, renchérit le mixologue de renommé André Duncan. 

« Je vais être à Magog lors des cinq jours de la Fête des vendanges. J’anime des conférences sous forme de talkshow avec différents invités. Toujours en lien avec les coquetels et avec une approche locale, je vais aussi parler avec différents entrepreneurs. Nous touchons à plusieurs breuvages, mais en fait, l’événement m’a approché pour donner des conférences éducatives, mais dans une approche teintée d’humour. On ne se prend pas trop au sérieux. Les festivaliers viennent à ce genre d’événements pour découvrir, mais aussi pour s’amuser. On veut surprendre les gens tout en les faisant rire. L’objectif est d’abord et avant tout d’être divertissant, on joint l’information à l’agréable », relate-t-il.