L’épinette devant la demeure de Nathalie Boissé et Guy Dupont, déracinée par la microrafale, s’est abattue sur la rue Crown en faisant trembler la maison. La Ville a dû déplacer l’arbre sur le terrain pour libérer la voie.

Danville se relève après une violente microrafale [VIDÉO]

La municipalité de Danville était toujours en mode réaction, mercredi, au lendemain du passage de la violente microrafale qui a frappé le centre du village. Plusieurs employés de la Ville et citoyens ont interrompu leurs vacances pour constater les dégâts, désencombrer les voies de circulation et prêter main-forte aux résidents sinistrés.

À l’intérieur de la bande de territoire touchée, qui fait un peu moins d’un kilomètre, plus d’une cinquantaine d’arbres se sont écrasés au sol ou se sont brisés, abîmant sérieusement deux résidences et privant 500 foyers d’électricité. Mercredi après-midi, le courant n’avait toujours pas été rétabli dans 452 habitations, et on ignorait l’heure où il le serait. 

À LIRE AUSSI: Danville touché par une microrafale

« On a nettoyé toute la nuit pour s’assurer que les rues seraient ouvertes. Il ne reste que deux petits bouts, où un arbre tient en équilibre, et où un autre arbre est coincé dans les lignes électriques », partage Josée Vendette, directrice générale à la Ville de Danville. 


Ces lignes en question alimentent habituellement l’usine d’eau potable de la ville, note-t-elle. « On a encore assez d’eau pour 24 à 48 heures », précise-t-elle, espérant que la situation sera rétablie à temps. Plusieurs équipes d’Hydro-Québec s’affairent depuis mardi soir à réparer les lignes sectionnées et à remplacer les poteaux brisés par l’impressionnant phénomène météorologique. 

« Tout est devenu blanc d’un coup, comme dans une violente tempête de neige. Je pensais même qu’il grêlait. Juste après, les arbres ont commencé à tomber. C’est comme s’ils avaient été tordus. » La conseillère municipale Nathalie Boissé et son conjoint Guy Dupont ont eu tout un choc en voyant leur épinette s’écraser devant leur demeure de la rue Crown. C’en était moins une, leur maison n’a subi que de légers tremblements. Chance que n’ont pas eue leurs voisins d’en face, Richard Letendre et Lori Hazine Poisson, qui doivent loger chez des amis depuis les événements.

Coudes serrés

La demeure de Dominic Gendron, sur la rue Henry, a aussi évité le pire. Les vents ont déraciné un arbre mature de sa cour arrière, qui s’est abattu entre la maison et la tente-roulotte, écrasant au passage le gazebo. Son grand pommier est resté debout, mais il a été complètement dénudé de ses fruits. Devant la maison, un conifère menace toujours de tomber dans la rue et sur les fils électriques.  

« Ma conjointe est partie avec les enfants vers 16 h 15 et vers 16 h 30, ça s’est mis à brasser. J’ai entendu un genre de tremblement. Je ne pensais jamais que c’était mon arbre. On a été chanceux, je suis content qu’ils n’aient pas été à la maison, c’est moins traumatisant pour les enfants », avance-t-il.

Des membres de la famille et des amis viendront l’aider à se débarrasser de la dépouille dans les prochains jours. 

Malgré tout, M. Gendron ne voit rien de dramatique à la situation. « C’est juste un arbre. On n’a jamais vu ça, il faut bien le voir à un moment donné. Ils disent que ça arrive juste aux autres! » 

C’est dans ce même esprit positif que s’activent les Danvillois depuis la microrafale. « On est très chanceux de n’avoir eu aucun blessé et on est très chanceux d’être une petite communauté. Parce que, comme dans toute petite communauté, les gens se sont serré les coudes, de sorte qu’à 21 h hier (mardi) soir, la vie était presque revenue à la normale », commente la directrice générale, qui s’inquiète toutefois que des arbres aient été fragilisés et que de nouveaux orages les abattent. 

Mme Vendette a elle-même fait le tour du territoire mardi soir avec ses équipes pour s’assurer que tous les citoyens étaient en sécurité et logés. La Ville a également ouvert un site de dépôt dédié aux branches et aux arbres qui seront débités sur les propriétés privées.