L’artiste peintre et auteur Marc Séguin à l’occasion d’une conférence au Camillois de Saint-Camille ayant comme objectif de développer et d’encourager la créativité en milieu rural.

Cultiver l’art à la campagne

L’artiste international Marc Séguin était de passage à la salle Le Camillois de Saint-Camille afin de discuter des enjeux concernant les artistes vivant en milieux ruraux.

C’est dans une atmosphère donnant place à la réflexion et à la discussion que plusieurs dizaines de personnes se sont réunies afin d’écouter attentivement les conseils de l’artiste qui est notamment peintre et auteur. Le président du Regroupement des artistes vivant en ruralité (RAVIR) Donald Mercier était ravi de la tournure des événements. « Nous avons su que Marc Séguin exposait à New York et on savait qu’il était installé à la campagne. Nous trouvions que c’était un bon amalgame. »  La mission du RAVIR est de promouvoir et de développer les arts et la culture dans les milieux ruraux.

L’importance du réseautage

Le travail acharné ainsi que le réseautage sont deux facteurs cruciaux dans le développement des arts en ruralité selon Marc Séguin. Tout au long de la conférence, il a expliqué l’importance de ces deux aspects. « En tant que créateurs, nous avons peur d’aller vers les gens, mais les personnes qui tiennent les galeries sont elles aussi humaines. N’ayez pas peur d’aller les voir. Il faut travailler fort et se faire remarquer en se donnant de la visibilité », explique l’artiste qui a exposé ses œuvres partout à travers le monde notamment à Madrid et à Venise. 

L’artiste aux multiples talents a aussi mis en lumière la différence entre les lieux de création et les lieux de diffusion. Il a d’ailleurs invité les endroits de diffusion à s’intéresser davantage à l’aspect créatif. « M.Séguin a parlé de la différence entre les deux lieux et ça m’a allumé. Au niveau de la créativité, il disait que dans un petit lieu ça pouvait être plus facile, car le bassin est moins grand, mais il y a quand même plusieurs défis à relever », explique M. Mercier. 

D’après le conférencier, il serait possible d’améliorer la qualité des services culturels en région. « La culture en ruralité est une réussite sur le plan des bibliothèques. Pratiquement toutes les petites municipalités en ont une. On pourrait donc réussir avec autre chose. » 

L’arrivée des nouvelles technologies n’est pas une menace pour le domaine des arts selon Marc Séguin. « Chaque fois qu’une nouvelle technologie a fait son arrivée, l’art est devenu plus fort. Prenons l’exemple de la photo, beaucoup de gens croyaient que la peinture allait être appelée à disparaitre, mais au contraire elle est devenue plus forte et il y en a encore aujourd’hui. » 

Cette activité a été réalisée et coordonnée grâce à une artiste qui est membre du RAVIR, Annabelle Nicole.