Selon l’Institut de la statistique du Québec, la population estrienne a atteint les 327 000 personnes, un sommet pour les 15 dernières années.

Croissance démographique inférieure à la moyenne québécoise

L’Estrie continue de faire moins bien que la moyenne québécoise au chapitre la croissance démographique.

C’est ce qui ressort du bilan démographique publié jeudi par l’Institut de la statistique du Québec, estimé au 1er juillet 2017. La population estrienne a atteint les 327 000 personnes, un sommet depuis 15 ans.

Toutefois, de 2011 à 2017, son taux d’accroissement annuel moyen a été de 7 pour mille personnes. Pour l’ensemble de la province, ce taux est légèrement supérieur à 7,9 pour mille. Le rythme de la croissance a ralenti par rapport à la période 2006 à 2011. Il se situait à 8,2 pour mille en Estrie, alors que le taux était de 9,6 pour mille.

La croissance de la population est surtout attribuable à l’arrivée en nombre non négligeable d’immigrants récents, note l’organisme.

On fait remarquer aussi que la population estrienne est plus âgée que le reste de la province. La part des 65 ans et plus est de 21,2 pour cent. 

De plus, l’Estrie sort gagnante de ses échanges migratoires avec les autres régions du Québec. Le solde migratoire interrégional y est de 489 personnes en 2016-2017. 

La fécondité se situe à 1,54 enfant par femme, ce qui est comparable à celle des autres Québécoises.

Hausse de 85 700 personnes 

La population a augmenté de plus d’un pour cent au Québec l’an dernier. Selon l’Institut de la statistique du Québec, une hausse de 85 700 personnes a été enregistrée pour atteindre 8 341 500 personnes au 1er janvier 2018.

Les données portant sur les six premiers mois de l’année 2018 indiquent quant à elles que la population du Québec était de 8,4 millions de personnes. Cependant, le poids démographique du Québec dans le Canada a légèrement diminué pour représenter 22,6 pour cent.

Le nombre de naissances en 2017 a été estimé à 83 900. C’est 2400 de moins que l’année précédente. L’indice synthétique de fécondité s’est établi à 1,54 enfant par femme, comparativement à 1,59 en 2016.

Pour sa part, le nombre de décès a atteint les 66 300 l’an dernier, soit 2700 de plus qu’en 2016. Cette augmentation est expliquée par le vieillissement de la population. L’espérance de vie en 2017 est estimée à 80,6 ans chez les hommes et à 84,5 ans chez les femmes. Ce sont des niveaux semblables à ceux enregistrés en 2016.

Un solde migratoire international de 43 500 personnes a été enregistré au Québec en 2017. Il est le résultat de la différence entre les 52 400 immigrants nouvellement admis et environ 8900 émigrants qui ont quitté le pays.

Les principaux pays de naissance des immigrants admis ont été la Chine, la France, la Syrie et l’Inde. Près de 60 pour cent des nouveaux arrivants étaient âgés de 20 à 44 ans. Des données provisoires montrent par ailleurs que la hausse du nombre de résidants non permanents s’est poursuivie au cours des six premiers mois de cette année, en raison de la croissance du nombre de travailleurs temporaires et de celle des demandeurs d’asile. Avec La Presse canadienne