L’actuelle crise ferroviaire incite la MRC des Sources à proposer la biomasse comme solution pour répondre à l’enjeu d’approvisionnement en propane pour les agriculteurs.

Crise ferroviaire: la biomasse comme solution à la pénurie de propane

La crise ferroviaire actuelle incite la MRC des Sources à proposer une piste de solution comme la biomasse pour répondre à l’enjeu d’approvisionnement en propane pour les agriculteurs.

Mardi dernier, on organisait une activité exploratoire visant à identifier des options efficaces à l’usage du propane dans les installations de séchage à grains agricoles et de chauffage d’unité animalière.

Avec la pénurie de propane de l’automne 2019 et l’actuel blocus ferroviaire, les agriculteurs font face à une possible fragilisation de la chaîne de production alimentaire. 

La MRC des Sources a mis à contribution sa coordonnatrice en économie circulaire chargée du projet Synergie Estrie, Karine Thibault. En collaboration avec l’agent Écoleader de l’Estrie, elle a identifié les éléments pouvant mener au succès d’une méthode de production énergétique alternative au propane et ayant un impact positif sur l’environnement.  

D’abord, la matière première pour produire de l’énergie doit être issue d’une source d’approvisionnement locale. Ainsi, on réduit grandement les risques pouvant nuire à la livraison de la matière et limite les gaz à effet de serre produits par le transport. Ensuite, la matière utilisée doit être renouvelable et permettre un bilan carbone neutre. Finalement, la source énergétique doit être acquise et transformée à un coût avoisinant celui du propane, pour un rendement similaire. 

À la lumière de ces critères, une solution semblait parfaitement adaptée au contexte de la région des Sources, à savoir celle de l’utilisation de la biomasse, et plus précisément de la ressource de déchets de bois. 

« Ce n’est pas une solution à court terme, mais probablement à moyen terme. Disons l’automne prochain », explique Mme Thibault.

« Nous lançons la réflexion. Déjà, des entreprises sont intéressées. » 

Résidus de bois disponibles

Dans la MRC, il y a un important gisement de résidus de bois qui peut facilement être intégré dans une boucle d’économie circulaire et devenir de la matière énergétique à empreinte carbone neutre. Les coûts d’approvisionnement en résidus de bois sont aussi moins élevés et permettent de compenser les fluctuations incertaines du prix d’un gaz comme le propane, fait-elle remarquer.

L’équipe de la MRC des Sources a donc convoqué les agriculteurs du territoire afin qu’ils puissent rencontrer les acteurs clés pour l’élaboration d’une solution de conversion de leurs équipements agricoles et s’épargner les problématiques d’éventuelles crises d’approvisionnement en propane. 

« Nous nous faisons un devoir d’être proactifs dans l’accompagnement que nous offrons aux entreprises agricoles de notre région. Les agriculteurs sont très importants pour notre économie locale, mais aussi pour l’ensemble du système alimentaire du Québec », affirme Hugues Grimard, préfet de la MRC des Sources et maire d’Asbestos.  

« On veut les aider à faire face aux enjeux qui nuisent à la prospérité de leur entreprise, tout en s’assurant d’être cohérent avec la vision de développement durable qui caractérise notre territoire. » 

Les projets de transition énergétique favorisant l’utilisation de la biomasse et d’énergies renouvelables sont éligibles à plusieurs sources de financement, comme des prêts et des subventions, souligne Karine Thibault. Ces dernières ont été présentées aux agriculteurs présents à la rencontre. 

Les boucles d’économie circulaire comme celle proposée pour la conversion des séchoirs à grains et des installations de chauffage d’unités animalières ont un impact positif sur l’environnement et contribuent aussi à solidifier l’écosystème économique local, ajoute-t-on.