Cour de triage de Nantes : le ministre Garneau ouvre la porte au déménagement

LAC-MÉGANTIC – Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, semble ouvrir une porte à la possibilité de déménager la cour de triage ferroviaire de Nantes sur un site qui serait beaucoup plus sécuritaire, près du parc industriel de Lac-Mégantic.

Après avoir demandé à son équipe d’évaluer cette possibilité, en considérant certains paramètres de sécurité et de coûts, il a contacté la mairesse de Lac-Mégantic pour discuter de cette possibilité, avant de sortir la nouvelle dans les médias. 

Par le biais de son porte-parole Robert Bellefleur, la Coalition de citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire au centre-ville de Lac-Mégantic a tenu à spécifier «que ce déménagement est une grande revendication soutenue, depuis la tragédie de Lac-Mégantic, par notre Coalition et par de nombreux citoyens de Lac-Mégantic, à cause du risque de dérive de train qui a été le principal facteur ayant mené à ce drame, en juillet 2013. Nous sommes heureux d’apprendre que le ministre est enfin ouvert au déménagement de cette infrastructure.» 

«Quand M. Garneau a été élu en octobre 2015, nous lui avions formulé cette demande à l’occasion de sa visite à Lac-Mégantic, le 26 avril 2016. Il nous avait répondu qu’il n’avait pas le pouvoir d’exiger ça de la compagnie de train. La loi est ainsi faite que ces compagnies peuvent faire ce qu’elles veulent. Le ministre avait ajouté que le Canada est fait de lacs et de montagnes, en rapport avec la pente entre Nantes et Lac-Mégantic!» rapporte M. Bellefleur. 

«Surtout que le Bureau de la sécurité des Transports (BST) nous apprend que depuis cinq ans, les dérives de train ont augmenté de 10 pour cent au Canada!» 

Robert Bellefleur ajoute que son organisme désire rester prudent. «Nous n’allons pas crier victoire immédiatement, car à l’aube d’une campagne électorale, ce gouvernement étant en fin de mandat, le ministre doit négocier avec la compagnie CMQR, pour qu’elle s’engage financièrement à participer à la réalisation du projet, par l’achat de terrains du parc industriel. Ce n’est pas évident!» 

La Ville de Lac-Mégantic, en collaboration avec la MRC et la Société de développement économique du Granit (SDÉG), serait à élaborer un projet de construction d’une cour de triage le long du trajet de l’éventuelle voie de contournement ferroviaire, non loin de l’usine de Tafisa Canada. Le ministre connaissait l’existence du projet, mais il n’avait encore rien reçu à son sujet. 

«Nous nous questionnons également sur le lien entre la volte-face du ministre Garneau et la construction récente d’un centre de service et d’entretien de wagons-citernes, à Derby Milo, dans le Maine, d’une grande capacité, soit 1400 wagons-citernes à la fois, que la CMQR a inauguré en juin dernier. On ne souhaite pas que Lac-Mégantic redevienne une plaque tournante pour la distribution de pétrole du Dakota du nord et de l’Alberta», soulève M. Bellefleur. 

«On n’est pas sans savoir que la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, cherche des points de sortie pour son pétrole des sables bitumineux, ayant demandé au premier ministre Trudeau d’acheter 7000 wagons-citernes, compte tenu que les projets des oléoducs Trans Mountain et Énergie-Est sont inopérants pour on ne sait pas combien de temps», conclut M. Bellefleur.