Le mont Bélanger se trouve à quelques souffles de vent seulement du parc d'éoliennes de Saint-Robert-Bellarmin, qui compte une quarantaine de ces engins générateurs d'électricité.

Coupe d'arbres au mont Bélanger: le réseau pédestre se sent menacé

Un bras de fer est engagé à Saint-Robert-Bellarmin afin de sauver le réseau de sentiers pédestres du mont Bélanger menacé par une coupe d'arbres massive que projette d'autoriser le gouvernement québécois sur ces terres publiques.
C'est que les autorités municipales et des bénévoles dévoués y ont investi efforts et argent, évalués à environ 120 000 $ au total, pour créer des sentiers de toutes pièces, depuis nombre d'années. Voilà que ce réseau unique risque de faire les frais de travaux forestiers sur la montagne. On a d'abord craint qu'il s'agisse de coupe à blanc, mais des précisions ont été apportées depuis aux projets du gouvernement.
« Les fonctionnaires du ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs étaient intraitables, en 2013, lorsqu'ils ont annoncé le projet de ces coupes d'arbres, disant qu'elles étaient inévitables et que rien ne pouvait leur faire changer d'idée. Ces coupes ont pour objectif de régénérer le sapin, favorisant ainsi la nidification de la grive de Bicknel, une espèce d'oiseau menacé d'extinction », explique le maire de Saint-Robert-Bellarmin, Jeannot Lachance.
« Aujourd'hui, ils sont plus réceptifs, ils comprennent davantage notre point de vue et ont même avoué qu'ils étaient prêts à essayer de limiter les impacts de ces coupes sur les sentiers. Le fonctionnaire Francis Chabot, du bureau de Lac-Mégantic, doit venir sur place, le 24 juillet, pour s'informer des lieux et des travaux à effectuer. »
Le sommet du mont Bélanger est même coiffé d'une tour d'observation qui complète le réseau de sentiers. Les randonneurs ont beaucoup de plaisir à l'escalader pour scruter les alentours à 360 degrés, incluant la quarantaine d'éoliennes du parc de Saint-Robert-Bellarmin, qui fournissent de l'électricité dans le réseau d'Hydro-Québec, apportant des redevances en argent aux 16 municipalités qui ont adhéré au projet communautaire, depuis trois ans.
« Ces sentiers et cette montagne font partie de notre patrimoine. Nous n'avons pas employé de machinerie lourde pour ne pas faire de dommages à la forêt. Nous avons aménagé le tout par le travail physique de nos bras. La montagne ne nous appartient pas, ce sont des terres publiques, mais nous voulons les préserver », a témoigné Steve Quirion, responsable des sentiers pédestres.
« Nous avons tellement de beaux commentaires des randonneurs et des campeurs, qui font du camping sauvage, sur des plates-formes installées au sommet... Nous évaluons à 2 000 les visiteurs que nous recevons chaque année. Nous avons même installé des balises dans nos sentiers, munies de téléphones cellulaires avec une lettre de localisation, en cas d'urgence. Nous espérons pouvoir dialoguer avec le gouvernement et nous entendre pour que les impacts des coupes soient amoindris. »
L'équipe de Saint-Robert-Bellarmin n'entend pas placer des barricades sur la route principale. Mais elle veut privilégier la conservation des magnifiques paysages du mont Bélanger. Pour ce faire, elle n'exclut pas s'adjoindre la force de frappe de Tourisme Cantons-de-l'Est et de l'association touristique régionale.