Une cinquantaine de personnes ont répondu à l'appel d'Opération Verre-Vert en venant déposer à l'Écocentre du Val-Saint-François quelque 8000 bouteilles.

Coup de théâtre d'Opération Verre-Vert

Plus d'une cinquantaine de personnes provenant de 16 municipalités du Val-Saint-François se sont déplacées vendredi matin à l'Écocentre du chemin Keenan pour y déposer près de 8000 bouteilles de verre.
Avec cette importante mobilisation citoyenne, Opération Verre-Vert, qui désire implanter un projet-pilote de dépôt volontaire du verre dans la région, voulait démontrer aux élus de la MRC du Val-Saint-François la volonté des citoyens de s'investir dans la récupération du verre à la source.
« Le verre cause de gros problèmes au centre de tri, toute présence de poussière de verre détériore la qualité des autres matières recyclables comme le papier, le carton et le plastique. Pourquoi tout mettre pêle-mêle toutes les matières et ensuite payer pour les démêler? La solution serait de trier les matières à la source », affirme Jean-Claude Thibault, porte-parole de Verre-Vert de Racine.
Hélène Mager, citoyenne de Kingsbury, croit sincèrement à l'utilité du projet pilote. « J'ai apporté 20 caisses de bouteilles de vin. Il faut savoir qu'elles ne représentent pas plus de 50 % de toutes les sortes de verre en circulation. Je trouve important de poser un geste concret pour sensibiliser la population, les municipalités et le gouvernement à notre cause. »
Jusqu'à présent, la récupération du verre ne peut se faire qu'à l'Écocentre du Val-Saint-François. Pour les représentants de Verre-Vert, il serait plus écologique de rapprocher les cloches de récupération plus près des citoyens et de les installer dans chacune des municipalités de la région dans des endroits stratégiques.
Ainsi, l'empreinte écologique générale serait considérablement diminuée.
Le projet-pilote intermunicipal de dépôt volontaire du verre a été présenté à la MRC le 28 juin dernier. Une étude de faisabilité est sur le point de débuter en collaboration Recyc-Québec.
« Les premières réunions ont débuté et une première étape de recherche devrait être réalisée d'ici la fin de l'automne. Selon nous, en mars, les élus auront une série de données fiables pour évaluer la viabilité du projet pilote de dépôt volontaire du verre », déclare M.Thibault en ajoutant que l'approche du tri à la source du verre par consigne et par dépôt volontaire est une alternative qui vaut la peine d'être retenue.
Cette alternative plaît également au maire de Racine, Serge Fontaine. « Ce serait une bonne solution afin d'éviter les coûts exorbitants que nécessiterait l'implantation d'importantes technologies de séparation du verre. On parle ici de 6,7 M$ pour cinq centres de tri. »
Un projet de même nature, instauré en 2015 par l'AFÉAS, permet aux citoyens de Saint-Denis-de-Brompton de récupérer séparément le verre. « Depuis deux ans, nous avons acheminé 84 tonnes de verre à l'usine de décontamination. Nous espérons que le projet-pilote intermunicipal apportera une preuve de plus que des changements majeurs sont nécessaires dans la récupération et le recyclage du verre dans notre ''poubelle province'' » déclare Colette Lemieux, porte-parole du comité du Verre à Saint-Denis-de-Brompton, en faisant référence au documentaire La poubelle province réalisé par Denis Blaquière, qui était présent à la mobilisation d'Opération Verre-Vert.