Près d’une centaine de personnes se sont réunies dimanche à la salle Sainte-Famille pour repenser Richmond. L’un des objectifs du nouveau maire de l’endroit, Bertrand Ménard, est de faire en sorte que ses concitoyens soient fiers d’habiter la municipalité.

Coup de sonde à Richmond

La concertation, la diffusion de l’information, les liens entre la ville et les acteurs du milieu; voilà ce qui est ressorti de la consultation publique organisée par la Municipalité de Richmond dimanche à la salle Sainte-Famille. L’attraction et la rétention de la main-d’œuvre et de la population ont également retenu l’attention.

Près d’une centaine de personnes se sont rassemblées durant l’après-midi afin de repenser Richmond et l’améliorer pour rejoindre un des buts du maire de la ville, celui de rendre les gens fiers et heureux d’y habiter. Les élus des municipalités environnantes avaient tous été invités à participer à la discussion.

C’est en groupe d’environ huit personnes que des thèmes comme la santé, le développement économique, les loisirs, les infrastructures, les jeunes et la famille, la main-d’œuvre ainsi que le tourisme et la culture ont été discutés. Chaque tablée devait, à la fin, retenir quatre priorités. Des comités seront éventuellement créés pour mettre de l’avant certains projets.

« Dans le milieu communautaire, on prône la participation citoyenne alors cette consultation est une belle initiative. On sent une belle ouverture de la part du conseil de ville », souligne Diego Scalzo, directeur de la Corporation de développement communautaire (CDC) du Val-Saint-François.

Alors que pour le secteur de la santé on désire une meilleure centralisation des informations et que la Ville fasse preuve de plus de leadership, du côté du développement économique, on souhaite prioriser une meilleure concertation entre les intervenants.

En ce qui concerne les jeunes et la famille, les personnes réunies autour de ce sujet souhaitaient que la ville soit dotée d’un agent jeunesse et qu’elle adopte un concept de « ville de plein air ». On aimerait également régler le problème de transport chez les jeunes en milieu rural pour faciliter leurs déplacements vers leur lieu de travail et leur participation à différentes activités.

Afin d’attirer et de retenir la main-d’œuvre dans les entreprises de la municipalité, l’idée de mieux définir les incitatifs financiers auxquels les travailleurs ont droit tout en bonifiant les offres d’emploi a été soulevée. L’accès à l’internet haute vitesse par fibre optique à l’ensemble de la communauté est également un sujet qui contribuerait au développement économique de la région, selon plusieurs participants.

« C’est une expérience intéressante et rafraîchissante. On voit qu’il y a un désir de changement et on sent qu’il y aura une suite à tout ça », déclare Normand Pelletier, citoyen de Richmond et directeur du développement des affaires chez Usinatech.

Des logements plus abordables et plus accessibles pour les personnes à mobilité réduite, des locaux pour abriter des organismes, l’aménagement du parc nautique et la création d’un calendrier regroupant les événements organisés dans la communauté sont autant de propositions amenées lors de la consultation publique.

La création d’une association de développement touristique et culturel a également été soulevée, tout comme l’organisation d’une grande « chaudronnée » organisée à tour de rôle par les municipalités de Melbourne, Cleveland, Ulverton, Kingsbury et Richmond pour maintenir le lien entre celles-ci.

« Une démarche comme celle-là aide à tisser des liens entre les citoyens autour de projets qui leur tiennent à cœur. Je pense qu’une ville appartient à tout le monde et pour que les gens se sentent concernés, il faut les concerter », affirme Cathy Varnier, conseillère municipale et coordonnatrice de ValFamille.

Selon le maire de Richmond, Bertrand Ménard, cette première discussion commune est très satisfaisante. « On a atteint notre objectif quant à la participation de la population. Des comités seront formés et on entre dans l’action. L’attitude est positive et j’imagine que d’autres personnes se grefferont aux différents comités. C’est ensemble qu’on pourra avancer. »