Des changements importants en lien avec la collecte des matières résiduelles entrent en vigueur en ce début d’année 2020 à Magog.

Collecte des matières résiduelles à Magog et Weedon : d’importants changements apportés

Les Villes de Magog et Weedon ont décidé d’apporter « d’importants changements » à leur calendrier de collecte des matières résiduelles. Elles espèrent que les citoyens collaboreront pleinement.

Dans les deux villes, les administrations ont choisi de diminuer la fréquence de collecte du bac vert, soit les déchets. On ne recueillera plus son contenu qu’une fois par mois plutôt que deux.

À Magog, le contenu du bac brun continuera quant à lui d’être récupéré par les camions à ordures toutes les semaines entre mai et novembre. Le reste de l’année, la collecte des matières compostables n’aura toutefois lieu qu’une fois par mois. Il importe de noter qu’aucun changement de fréquence n’est prévu dans le cas des matières recyclables et du bac bleu, qui fait l’objet d’une collecte aux deux semaines.

À Weedon, l’introduction du bac brun (compost) se poursuivra en 2020, particulièrement du côté rural. 

Changements difficiles 

Coordonnatrice de l’environnement à la Ville de Magog, Josiane K. Pouliot avoue qu’elle s’attend à ce que les changements planifiés provoquent leur lot de réactions émotives. 

« On change les habitudes des gens et il y aura des réactions. Mais on n’a pas le choix : il faut qu’on respecte les règles du gouvernement provincial, le plan de gestion des matières résiduelles de la MRC de Memphrémagog et, en plus, on doit penser à préserver la qualité des sols et de l’air, des choses dont tout le monde profite dans le fond », explique Mme Pouliot. 

La municipalité espère que les changements annoncés feront en sorte que les citoyens cesseront de placer des matières compostables, comme les restes de table, dans le bac vert. 

« Les gens y mettent encore beaucoup de choses putrescibles, selon les données recueillies. L’être humain est lent à changer ses habitudes, mais c’est important de le faire dans ce cas-ci. Il faut que les gens comprennent que, même au plan financier, ce serait avantageux pour eux que la ville performe mieux. Le gouvernement aide plus les municipalités qui ont de bonnes performances », note Josiane Pouliot.

Reste qu’il peut paraître étonnant que, durant la saison froide, le contenu du bac brun et celui du vert seront récupérés à la même fréquence, soit une fois par mois.

« La plupart des municipalités ont cette fréquence pour le bac brun en hiver. C’est une période où il y a moins d’odeurs à cause du froid et pendant laquelle les gens n’ont pas d’herbe ou de résidus semblables à éliminer. En plus, sur le plan des émissions de gaz à effet de serre, c’est mieux de cette façon considérant qu’on utilise moins souvent les camions pour aller chercher les matières compostables. »

Mme Pouliot note que la Ville poursuivra ses efforts de sensibilisation auprès de la population. Éventuellement, des « billets de courtoisie » seront remis aux personnes plus réfractaires au changement. 

Vive réaction sur le « babillard Weedon »

Sur la page Facebook Babillard Weedon, de nombreux citoyens ont vivement critiqué la décision de leur administration. La Ville fait toutefois valoir que si la population triait ses matières résiduelles de façon optimale, les frais d’enfouissement annuels seraient d’environ 110 000 $ au lieu de 302 850 $ selon ses estimations. En 2019, la municipalité a d’ailleurs dû assumer une facture additionnelle de 107 230 $ au budget régulier qui avait été adopté en début d’année. Cette facture était pour les mois d’avril à décembre 2019 et calculait le nombre de tonnages excédentaires envoyé chez Valoris. Le tonnage total de déchets pour 2019 a atteint 1242 tonnes.

La Ville précise également qu’elle ramassera qu’un seul bac vert par porte. Les bacs supplémentaires (achetés par les citoyens) ne seront pas ramassés. Cette mesure s’applique aux adresses résidentielles seulement.