Sur la photo, Simon Madore, maire de Coaticook, et Sylvain Brault, chef de division d’Hydro-Coaticook devant la nouvelle centrale Sleeper et Akhurst qui permettra à Hydro-Coaticook de fournir de l’électricité à un prix moindre à plus de maisons et d’entreprises sur son territoire, ce qui évitera de freiner le développement de la municipalité qui a le vent dans les voiles.

Coaticook : le plus gros projet de son histoire moderne

COATICOOK — Un an après la première pelletée de terre, la municipalité de Coaticook a procédé lundi à l’inauguration du plus gros projet de son histoire moderne, la construction d’une centrale électrique de 120 kV pour approvisionner plus de foyers et d’entreprises à un coût moindre pour les 40 prochaines années.

 L’ambitieux projet a été réalisé en bordure de la rue Merrill, à la hauteur du club de golf. Originellement estimé à 10 M$, le poste de distribution a été construit dans les délais prévus et à un montant inférieur au budget initial, soit un peu plus de 8 M$. Il sera financé sur 25 ans par la Municipalité.

« La nouvelle station va nous permettre de mieux contrôler notre énergie. Quand une branche tombait sur une ligne à l’autre bout du réseau d’Hydro-Québec, on ressentait des coups à Coaticook. On va maintenant pouvoir transformer nous-même notre courant électrique et le rediffuser dans la ville. On gagne beaucoup d’autonomie en ce qui a trait à la gestion », résume le maire Simon Madore, qui a veillé au bon développement du projet depuis son entrée en poste il y a un an.

La construction d’une telle centrale de conversion était nécessaire pour que la croissance de la municipalité se poursuive, puisqu’elle ne pouvait pas fournir d’électricité à plus de commerces ou de foyers, poursuit le premier magistrat.

« Ça va nous permettre de reprendre des clients. On était saturé dans notre énergie disponible, ce qui n’est plus un problème avec la nouvelle centrale. On va pouvoir accueillir plusieurs entreprises sur le territoire et de nouvelles maisons. Hydro-Coaticook et les travailleurs qui ont œuvré sur le chantier ont fait de l’excellent travail, ce qui nous a permis de livrer le projet à temps et à un coût moindre que l’estimation initiale », remarque-t-il.

Un investissement pour le futur

Souvent qualifiée de cadeau pour les prochaines générations de Coaticookois par M. Madore, la station Sleeper et Akhurst permettra concrètement à la municipalité de transformer de grandes quantités d’électricité à haute tension achetées à un prix moindre en électricité à plus basse tension, qui est ensuite redistribuée aux maisons et aux entreprises.

« La centrale 120 kV nous permet d’acheter de l’électricité à haute tension en gros volume à Hydro-Québec et de réduire sa tension à un niveau compatible pour être distribuée aux maisons et aux entreprises, explique le chef de division d’Hydro-Coaticook Sylvain Brault. On peut donc l’envoyer dans les maisons sans problème et éviter aux entreprises d’avoir à acheter des équipements de conversion, qui sont extrêmement coûteux. »

Le nom choisi par le comité de toponymie de la municipalité rend hommage aux pionniers de l’électricité qui ont habité le territoire au 19e siècle, un clin d’œil au passé qui sert à rappeler que les Coaticookois sont des visionnaires dans le domaine.

« Le comité de toponymie a fait de l’excellent travail en proposant les noms de Sleeper et Akhurst. Ce sont des précurseurs dans le domaine de l’hydroélectricité, qui ont construit le premier barrage en 1886 avant d’électrifier les rues de la ville, rappelle le maire. Ils ont acheté la première turbine qui a servi pour faire de l’électricité et on leur rend un bel hommage aujourd’hui en nommant cette belle installation en leurs noms. »