Claude Forgues

Claude Forgues quitte Centraide... pour la politique

Le directeur général de Centraide Estrie, Claude Forgues, tire sa révérence…. pour se lancer à nouveau en politique. Après 37 ans à la barre de l’organisme, celui-ci quittera ses fonctions en juin afin de se porter candidat à l’investiture du Parti québécois dans Saint-François en vue des élections générales du mois d’octobre.

Âgé de 67 ans, Claude Forgues n’en sera pas à ses premiers pas sur la scène politique québécoise. Lors du scrutin de 2007, il avait défendu les couleurs du Parti québécois dans la circonscription de Sherbrooke face au chef du Parti libéral Jean Charest. Son nom avait alors fait le tour du Québec lorsque Radio-Canada l’avait déclaré élu… avant de se rétracter une heure et demie plus tard, après avoir constaté que le vote par anticipation n’avait pas encore été dépouillé.
« Dix ans plus tard, les gens m’en parlent encore », rigole M. Forgues au sujet de cette élection prématurée.
Cette fois, M. Forgues espère avoir plus de succès en se présentant dans Saint-François. « J’ai annoncé mon départ au conseil d’administration assez longtemps à l’avance pour permettre une transition harmonieuse entre mon départ et l’arrivée de mon successeur, a-t-il précisé. L’appel de candidatures au poste de directeur général de Centraide Estrie a été officiellement lancé le samedi 6 janvier pour une entrée en fonction au début du mois de juin.
« D’ici là, et parallèlement à ce processus, je suis en démarches pour être candidat à l’investiture du Parti québécois dans Saint-François, confirme M. Forgues. Je cherche des appuis et je suis en train de négocier afin de me constituer une organisation », ajoute-t-il.
Quant à son bilan à la direction générale de Centraide Estrie, Claude Forgues souligne les progrès réalisés au chapitre des campagnes de financement et du nombre d’organismes qui bénéficient de sa présence.
« Lorsque je suis arrivé en poste, il y a 37 ans, on recueillait 180 000 $ par année, alors qu’aujourd’hui on parle de 1,6 million $. Grâce à la générosité des gens, on a ainsi pu redistribuer une trentaine de millions de dollars depuis le temps. »  
Selon les plus récentes données de l’organisme, Centraide Estrie vient en aide à 68 organismes de la région qui, à leur tour, aident quelque 68 000 personnes à se prendre en main.
Malgré les progrès réalisés par Centraide Estrie depuis 37 ans, Claude Forgues croit que la raison d’être de l’organisme est toujours d’actualité. Tant et aussi longtemps que les inégalités et les injustices seront présentes dans la société, Centraide aura un rôle à jouer, dit-il.
« C’est vrai que les mentalités ont beaucoup évolué à l’égard de l’exclusion et de la pauvreté depuis 37 ans, dit-il. Mais il reste encore beaucoup de travail à faire. J’espère avoir contribué à rapprocher ce que j’appelle la frange éclairée des gens riches et les personnes exclues de la société. Tant et aussi longtemps que la pauvreté, les inégalités et les injustices vont perdurer, un organisme comme Centraide devra exister, parce que ni le privé ni le public n’ont les moyens de soutenir les personnes exclues, qui ne demandent qu’une chose finalement : pouvoir participer à l’enrichissement collectif. »