Sophie Séguin, présidente de la FIQ-SPSCE, s’est présentée à la période de questions du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

CIUSSS : les négociations s'intensifient

Les négociations entre le CIUSSS de l’Estrie-CHUS et ses quatre syndicats s’intensifient à l’approche la date butoir du 30 septembre. Des représentants du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est, affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ-SPSCE) et de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) se sont présentés au conseil d’administration (c.a.) du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, qui se tenait mercredi soir à Richmond.

Si la FIQ espère en arriver à une entente dans les prochains jours, elle se bute toutefois encore à des portes closes en ce qui concerne certaines matières qui sont pour elles non négociables, des « retours 30 ans en arrière sur les conditions de travail » pour les 92 % de femmes et les 8 % d’hommes qu’elles représentent : la possibilité que les professionnelles en soins travaillent une fin de semaine sur deux au lieu d’une fin de semaine sur trois, la possibilité d’horaires coupés et la période de vacances estivales qui serait étirée du 1er mai au 15 septembre.

« C’est inacceptable! Nous avons des ententes de principe dans d’autres CIUSSS jusqu’ici et nous n’avons pas accepté de telles conditions nulle part ailleurs! » a assuré Nancy Bédard, présidente de la FIQ, qui avait fait le déplacement jusqu’à Richmond pour supporter les troupes estriennes.

Du côté de l’APTS, l’écart est beaucoup plus grand. Jusqu’ici, il n’y a entente que sur 5 des 26 matières à négocier localement.

« Le juste équilibre »

La présidente-directrice générale Patricia Gauthier fait partie d’un comité de direction qui, tous les jours en soirée, se réunit pour faire le point sur les négociations de la journée. Elle s’est dite consciente des enjeux.

« On ne peut pas concéder pour concéder parce qu’on va devoir vivre avec ces conditions-là ensuite et que nous allons quand même devoir continuer de donner des services au quotidien », a-t-elle soutenu.

« On travaille à trouver le juste équilibre entre les besoins de l’organisation et ceux de nos employés par des voies de passage », a ajouté Gilles Michaud, directeur des ressources humaines.

Il s’agissait par ailleurs du dernier c.a. de Johanne Turgeon, qui quitte son poste de présidente-directrice générale adjointe et qui sera remplacée par le Dr Stéphane Tremblay. Gilles Michaud, directeur des ressources humaines, des affaires juridiques et des communications, quittera aussi ses fonctions le 30 septembre pour la retraite et sera remplacé par son adjointe actuelle, Josée Paquette. Quelques membres du c.a. quittaient aussi leurs fonctions mercredi soir.

Par ailleurs, les membres du c.a. ont rendu hommage à Denis Marceau, qui faisait partie du c.a. depuis la création à CIUSSS à titre de représentant des comités des usagers. Il s’est éteint le 8 septembre dernier à la suite d’un foudroyant cancer à l’âge de 77 ans.