Des changements majeurs seront apportés au cours des prochains jours aux stationnements du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

CIUSSS : de nouveaux horodateurs la semaine prochaine

Les nouveaux horodateurs des stationnements payants du CIUSSS de l’Estrie – CHUS seront installés la semaine prochaine. Entre le 16 et le 26 octobre, ces appareils vont changer les habitudes d’utilisation des usagers et des visiteurs. On retirera les guérites.

Aussi, le paiement se fera à l’arrivée plutôt qu’au départ. La plupart des horodateurs seront situés à l’intérieur des pavillons et non plus dans les stationnements et il faudra entrer son numéro d’immatriculation au lieu de celui de l’espace pour payer, comme le révélait La Tribune en juillet.

Cela permettra ainsi la transférabilité du permis d’une installation à une autre, car le paiement sera associé à un véhicule plutôt qu’à un espace, annonce le CIUSSS dans un communiqué de presse. Les usagers pourront aussi se servir d’une application mobile permettant de payer ou d’ajouter du temps à son permis de stationnement sans se déplacer à l’horodateur.

Ces changements auront lieu les 17, 18 et 19 octobre aux hôpitaux de Fleurimont et Hôtel-Dieu, ajoute-t-on.

En plus de la signalisation, des consignes et du bouton « aide » sur les horodateurs, des personnes seront présentes durant un mois dans les stationnements où seront installés les nouveaux horodateurs afin de faciliter la transition pour les utilisateurs.

À compter de la date d’installation du nouvel équipement, la signalisation (panneaux bleus) qui est couverte actuellement devient applicable. « Les utilisateurs ne se conformant pas aux nouvelles règles s’exposent à une amende émise par des fournisseurs externes que le CIUSSS de l’Estrie – CHUS n’aura pas le pouvoir de faire annuler », souligne-t-on.  

Rappelons que les nouveaux tarifs déjà en vigueur et l’ajout de sept stationnements payants sur l’ensemble du territoire font suite à la mise en place le 1er avril dernier d’une nouvelle politique relative aux stationnements et à la mobilité durable.

« Cette dernière avait tenu compte de l’exigence ministérielle selon laquelle les activités de stationnement doivent s’autofinancer, de l’environnement et de l’endroit où sont situées les installations, des types de soins et de services offerts dans ces dernières ainsi que du principe d’équité envers les usagers et membres de la communauté interne qui doivent se procurer un permis pour utiliser le parc de stationnement », termine-t-on.