L’auteur-compositeur-interprète Vincent Vallières est allé prêter main-forte à la Fondation Christian Vachon à l’occasion de son premier souper-bénéfice. On aperçoit ici l’artiste en compagnie de M. Vachon.

Christian Vachon met « des écoles à l’encan »

Tout ce que touche la Fondation Christian Vachon par les temps qui courent se transforme en or. Fier de la somme amassée grâce au premier souper-bénéfice de son organisation, Christian Vachon le reconnaît sans difficulté.

La Fondation Christian Vachon a tenu le premier souper-bénéfice de son histoire le 6 juin dernier. L’événement lui a permis de recueillir 128 000 $ alors que la cible était de 50 000 $. Un succès plutôt éclatant, il va sans dire.

« On avait des ambitions modestes pour cette nouvelle activité. Entre autres, j’avais un doute parce que notre vache à lait, ce sont nos activités sportives. Mais ça a vraiment bien fonctionné et on a pu obtenir l’appui de beaucoup de gens qui ne gravitaient pas déjà autour de la fondation », se réjouit Christian Vachon.

Dans le cadre de ce souper-bénéfice, la Fondation Christian Vachon « a mis des écoles à l’encan », pour reprendre les mots de son fondateur. « Je pensais qu’on pourrait trouver des donateurs pour soutenir six à huit écoles du territoire qu’on couvre et, finalement, on s’est rendus à 35 », confie fièrement M. Vachon.

Le but de celui-ci est de créer un lien durable entre d’importants donateurs et des écoles. « On veut des partenaires financiers pour chacune des écoles qu’on supporte. De cette manière, à long terme, on pourra demander moins d’argent au gouvernement et utiliser les fonds du Relais Desjardins du lac Memphrémagog pour développer de nouveaux territoires. »

Deux personnalités bien connues des Québécois, en l’occurrence le comédien Marcel Leboeuf et le chanteur Vincent Vallières, ont animé la soirée.

Rappelons par ailleurs que la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog a récemment annoncé qu’elle octroyait 140 000 $ à la Fondation Christian Vachon et que le gouvernement du Québec a quant à lui accordé un second montant de 100 000 $ à l’organisme magogois en avril dernier.