Une équipe de surveillance des chantiers continuera de faire le travail, assure Nomba Danielle, conseillère en communication du Ministère.

Chantiers routiers : le MTQ aura les factures à l’oeil

Le contrôle des coûts sur les chantiers routiers de la région sera assuré malgré les changements effectués par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

C’est l’assurance qu’on formule à la direction du MTQ en Estrie, à la suite de la sortie publique du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

Lire aussi: Le contrôle des coûts des chantiers routiers dans le collimateur

Une équipe de surveillance des chantiers continuera de faire le travail, assure Nomba Danielle, conseillère en communication du Ministère.

« Nous avons des équipes de surveillance des chantiers en continu, explique Mme Danielle à La Tribune.

Chaque chantier à son équipe. Elles sont composées d’ingénieurs et de techniciens du MTQ. Ces gens surveillent les coûts et la qualité. 

Rappelons que le SFPQ dénonçait vendredi dernier l’abolition des tâches octroyées à des travailleurs de la voirie affectés au contrôle de l’exactitude des quantités de matériaux utilisés et facturés sur les chantiers routiers. 

La décision de la direction territoriale de l’Estrie de mettre fin à la dernière équipe « de pointeurs » est difficile à accepter trois ans après la fin des travaux de la Commission Charbonneau.

Le syndicat avait organisé une manifestation devant les bureaux sherbrookois du MTQ, sur la rue Belvédère Nord à midi.

Nomba Danielle apporte une nuance à la sortie publique du SFPQ. Selon elle, les ouvriers visés par la décision du MTQ ont été rencontrés en août dernier. On leur a expliqué qu’ils allaient être transférés dans un des six centres de service de l’Estrie. 

Autrement dit, la tâche de surveillance n’est pas abolie avec cette décision. « Ces cinq ouvriers seront transférés dans des centres de service. On va leur attribuer des tâches conformes à leur corps d’emploi, dit-elle. Ils seront affectés à des tâches d’entretien pour lesquels les besoins sont récurrents. »

« Ils seront déployés dans des centres de service situés près de leur lieu de résidence. C’est fait dans le respect. Ils peuvent demander d’aller dans un autre centre de service. »

La porte-parole du MTQ souligne que ces gens sont des travailleurs saisonniers sont le contrat prenait fin à la mi-novembre. Le tout a été fait en accord avec le syndicat, précise-t-elle.