Les travaux de reconstruction du principal sentier sur pilotis du marais de la Rivière-aux-Cerise ont débuté. On aperçoit sur la photo Amélie Cantin, attachée politique du député Denis Paradis, la mairesse Vicki-May Hamm, le président de LAMRAC, Éric Sévigny, ainsi que la directrice générale de ce dernier organisme, Laura Dénommée Patriganni.

C'est parti au marais de la Rivière-aux-Cerises

Les travaux de reconstruction du principal sentier sur pilotis du marais de la Rivière-aux-Cerises sont enfin amorcés. Financés par la Ville de Magog et le gouvernement du Canada, ils seront normalement complétés avant la fin de l'année 2017.
En présence de la mairesse Vicki-May Hamm, les travaux de reconstruction du sentier du Pionnier ont été officiellement lancés, lundi matin, par les dirigeants de L'Association du marais de la Rivière-aux-Cerises (LAMRAC), l'organisme qui voit à la protection du marais.
« On est presque à minuit moins une pour ce projet parce qu'il faut que tout soit terminé avant la fin de 2017 pour respecter les conditions associés aux fonds alloués », a fait valoir le président de LAMRAC, Éric Sévigny, lors du lancement des travaux.
Rappelons que la Ville de Magog a accepté de fournir une somme d'un million $ pour permettre la reconstruction de ce long sentier sur pilotis, qui traverse notamment la rivière aux Cerises. Le gouvernement fédéral versera pour sa part un montant de 500 000 $.
La nouvelle directrice générale de LAMRAC, Laura Dénommée Patriganni, reconnaît que l'échéancier est serré, mais elle se fait rassurante quand on évoque de possibles « mauvaises surprises » durant les travaux. « Quand il y a un problème, on a une solution », affirme-t-elle, tout en soulignant son organisme est épaulé par toute une équipe de spécialistes pour mener à bien ce projet d'envergure.
Le futur sentier sur pilotis sera plus durable que l'actuel. Selon les estimations fournies par la Ville de Magog, il ne devrait pas montrer de signe de dégradation majeure avant « 45 ou 50 ans ».
« Ce projet est une bonne nouvelle. Ça fait longtemps qu'on parlait de sa réalisation. Les sentiers de LAMRAC sont très utilisés par nos résidents et par les visiteurs » , a déclaré Vicki-May Hamm.
Dans la foulée, Mme Hamm a ouvert la porte à l'octroi par la Ville de Magog de sommes additionnelles à LAMRAC, ceci afin d'aider cette organisation à remettre en état le restes de ses passerelles de bois. Toutes les passerelles du marais ont subi un vieillissement prématuré en raison de facteurs divers.