Le centre de tri de matériaux secs de Danville devrait ouvrir l’été prochain.

Centre de tri de Danville : ouverture prévue pour juillet

Le centre de tri de matériaux secs de Danville devrait ouvrir l’été prochain. En septembre dernier, des citoyens avaient fait arrêter le développement du projet parce qu’ils étaient en désaccord avec l’emplacement choisi. La promotrice a pu rapidement trouver un nouveau terrain pour accueillir l’industrie, cette fois, loin des résidants.

La promotrice ne veut pas divulguer l’endroit du centre de tri tout de suite, étant donné que le projet de relocalisation de l’écocentre d’Asbestos n’est pas tout à fait complété.

Ce nouveau terrain a été trouvé à la suite de la rencontre « du bon citoyen au bon moment ». Il s’agit d’un emplacement loin des secteurs résidentiels, sécuritaire et facile d’accès, avec un zonage industriel lourd.

Et avec ce nouveau terrain idéal, la directrice de MJF Recycle, Joannie Bédard, qui est la promotrice, a pu développer son projet dans les derniers mois, préparer les plans et définir les dimensions. Si bien que les travaux de construction débuteront en avril.

« À la fonte des neiges, on commence à bâtir. On est en train de préparer les zones d’arpentage. Notre acceptation au gouvernement était déjà envoyée et j’ai déjà parlé aux municipalités », explique Mme Bédard.

« Ce sera un projet pilote de deux ans. La première année, on va recevoir les matières, et après quand on aura assez de volume d’une certaine sorte, on va essayer de leur trouver une seconde valeur. »

Collaboration avec l’écocentre d’Asbestos

Après tous les épisodes de pétitions et de séances d’informations de septembre dernier, la Municipalité de Danville avait finalement mis un terme au projet sur le territoire initial, en bordure de la route 116. Les deux acteurs s’étaient alors entendus pour trouver un nouvel endroit, mais les démarches prenaient du temps.

Ayant décidé d’être proactive, Mme Bédard était allée à la rencontre de plusieurs personnes dès octobre afin de trouver un nouveau terrain potentiel.

« Je me suis dit que j’avais assez perdu de temps. Je suis allée cogner à d’autres portes, je suis allée voir des agents d’immeubles, en pensant que peut-être qu’il y a des terrains commerciaux que je ne connaissais pas », raconte-t-elle.

Peu de temps après que le développement du projet ait repris dans le nouveau territoire, Mme Bédard a appris que l’écocentre d’Asbestos songeait à déménager ses locaux.

« Dès le départ, ils voulaient m’envoyer leur matière, parce qu’ils sont au pris avec beaucoup de matériaux. Alors il fallait que mon centre de tri soit proche d’eux », indique-t-elle.

Mme Bédard est en discussion avec l’écocentre ainsi qu’avec la Ville d’Asbestos afin de bien arrimer les deux nouveaux territoires, étant donné qu’ils seront souvent amenés à travailler ensemble.

Rappelons que l’objectif premier d’un tel centre de tri en région est pour que les citoyens et travailleurs puissent disposer facilement et à faible coût de leurs matériaux de construction, rénovations ou démolitions.

« C’est un centre de tri intérieur, je ne récupère ni le bac vert, ni le bac noir, ni le bac brun. Je veux que la matière sèche qui arrive chez nous soit triée par catégorie, et qu’au lieu qu’elle soit expédiée à l’extérieur, je veuille lui trouver une valorisation, la transformer », indique Mme Bédard.