Richard Violette, président du Centre de santé de la vallée Massawippi

Centre de santé Massawippi : plus d’espace pour la prévention

Le Centre de santé de la Vallée Massawippi poursuit son développement malgré qu’il soit incapable d’avoir suffisamment de médecins pour ses besoins. Ses dirigeants ont inauguré lundi des locaux qui permettront d’offrir plus de services préventifs à la population.

« On n’a pas tous les docteurs qu’on voudrait alors on a décidé de faire de la prévention. On réussit à aller plus loin avec nos membres en misant aussi sur une approche préventive », a confié le président du Centre de santé de la Vallée Massawippi, Richard Violette, lors de l’inauguration des nouveaux espaces.

L’aménagement des nouveaux locaux, situés au sous-sol du centre de santé, permettra à ce dernier de proposer des ateliers divers, des séances d’entraînement et des démonstrations culinaires, notamment.

De plus, des spécialistes de la santé, physiothérapeute, massothérapeute, ostéopathe et autres, pourront recevoir des clients dans les bureaux aménagés dans ces nouveaux espaces.

Les travaux réalisés pour créer ces locaux supplémentaires ont coûté 150 000 $. Le tiers de cette somme a été accordé par le gouvernement fédéral. La municipalité d’Ayer’s Cliff, les Caisses Desjardins du Lac-Memphrémagog et des Verts-Sommets ainsi que de simples citoyens du secteur ont également participé financièrement à ce projet.

« On va continuer à soutenir financièrement cette clinique. Elle est très importante dans notre milieu. Surtout si, en plus, elle amène les gens à se prendre en main sur le plan de la santé », déclare le maire d’Ayer’s Cliff, Vincent Gérin.

Trop peu de médecins

Actuellement, le Centre de santé de la Vallée Massawippi peut compter sur deux médecins. Un des deux médecins de la clinique ne travaille cependant qu’à mi-temps sur place.

« On aurait besoin d’un médecin à temps plein de plus. Nous avons présentement 2100 membres, mais il faudrait en avoir 2800 pour être rentable et, pour ça, on aurait besoin d’un docteur supplémentaire », explique Richard Violette.

Sans surprise, M. Violette espère que le gouvernement provincial fera le nécessaire pour que le Centre de santé Massawippi obtienne un médecin de plus. « Ce qui est encourageant, c’est que la ministre de la Santé du Québec, Danielle McCann, est au courant de notre situation et qu’elle a jusqu’ici démontré une ouverture énorme. Elle a dit à plusieurs reprises et dans différents contextes qu’elle nous appuyait. »