Véronique Lettre, copropriétaire de la clinique Nature médic à Magog.

Cannabis médicinal: bon départ pour Nature médic

La clinique médicale Nature médic connaît un départ très encourageant pour ses deux copropriétaires, Véronique Lettre et Jean-Philippe Turgeon. Le couple songe d’ailleurs déjà à accroître son offre de services en lien avec le cannabis médicinal.

Mme Lettre révèle en effet que plus de 150 personnes se sont inscrites à la clinique Nature médic au cours des dernières semaines. « En ce qui concerne les inscriptions, les résultats sont au-delà de nos espérances », affirme-t-elle.

Les personnes qui demandent à consulter les professionnelles de Nature médic proviennent de l’Estrie et d’ailleurs au Québec. « Les gens viennent de partout. Par exemple, on en a qui habitent Terrebonne, la Beauce, Lévis et on a même des snowbirds qui ont pris rendez-vous à l’avance en prévision de leur retour au Québec », explique la copropriétaire.

Véronique Lettre affirme qu’il existe « un réel besoin dans la population pour les services offerts par Nature médic. Il y a peu de cliniques de cannabis médicinal et, d’habitude, elles n’ont pas un médecin et une infirmière disponibles directement sur place comme nous. »

En moyenne, les clients de la clinique ont entre 60 et 70 ans. Ils souffrent de divers problèmes de santé : fibromyalgie, cancer et anxiété, entre autres. Les cas de douleur chronique seraient nombreux.

Actuellement, le médecin associé à Nature médic rencontre des clients une journée par semaine. Mme Lettre et son conjoint aimeraient maintenant recruter un second médecin pour faire grimper de 50 ou 100 pour cent le nombre de personnes reçues hebdomadairement en consultation médicale.

Une autre option serait l’ajout à l’équipe d’une infirmière praticienne spécialisée. « On veut voir si une infirmière de ce genre aurait le droit de prescrire les produits avec lesquels on travaille. C’est à confirmer », précise Véronique Lettre.

Embûches insoupçonnées

Si la réponse du public se situe au-delà des attentes, Mme Lettre reconnaît toutefois que la mise sur pied d’une clinique de cannabis médicinal n’est pas une mince affaire. Des embûches insoupçonnées se dresseraient souvent devant les promoteurs qui désirent lancer ce type de projet.

« Ouvrir un compte bancaire, être assuré et louer un local, ce sont toutes des choses qui sont très difficiles pour des projets comme le nôtre. Les gens ne savent pas à quel point », note la femme d’affaires.

Exigeant des frais annuels de la part de ses clients, Nature médic s’est récemment installée à l’intérieur du Carrefour santé globale à Magog, où œuvrent un bon nombre de professionnels de la santé.