Cannabis: la succursale de Drummondville prête à ouvrir ses portes

La Société québécoise du cannabis (SQDC) ouvrira douze points de vente, mercredi, jour de la légalisation de cette drogue.

Comme Sherbrooke n’a pas encore sa succursale, on devra se rendre à Drummondville pour se procurer du cannabis. Un point de vente ouvrira ses portes au 965 du boulevard St-Joseph à 10h.

Lire aussi: La Société québécoise du cannabis accueille les médias [VIDÉO + PHOTOS]

SQDC à Trois-Rivières: la succursale prête mercredi

La SQDC offrira environ 150 produits

Un site web transactionnel sera en fonction dès l'entrée en vigueur de la loi fédérale (C-45) et conformément à l'encadrement provincial (loi 157) ce 17 octobre pour des commandes à distance, souligne un communiqué de presse de la SQDC. La vente en ligne dans www.SQDC.ca sera également fonctionnelle dès le 17 octobre afin de desservir l'ensemble du territoire québécois.

Il s’agit de la première étape du déploiement des succursales pour rendre disponible le cannabis à travers un réseau de vente sécuritaire dans une perspective d'intégrer les consommateurs du marché illicite et de protection de la santé publique, indique-t-on.

Rappelons que l'ensemble des succursales de la SQDC ont pignon sur rue et sont localisées dans des zones facilement accessibles par la clientèle. Elles sont aussi obligatoirement éloignées d'un minimum de 250 mètres des écoles primaires et secondaires (150 mètres pour la Ville de Montréal).

La Société québécoise du cannabis n’a pas encore fait connaître l’emplacement de sa future succursale de Sherbrooke.  Rappelons qu'elle doit s'installer dans un quadrilatère encadrant le lac des Nations, entre les rues Belvédère, King Ouest, Galt Ouest et Jacques-Cartier.

«Les produits offerts le seront selon trois différentes espèces de cannabis : Indica, Sativa et Hybride et se déclinent en plusieurs variétés qui possèdent chacune des effets, des arômes et des taux de THC et CBD différents. Les produits sont disponibles sous forme de fleur séchée, cannabis moulu, préroulé, huile, atomiseur oral et pilule», énumère-t-on dans un communiqué de presse.

«Aucun produit comestible ne sera offert, tel que prescrit par la loi, tant provinciale que fédérale. Des icônes d'intensité, d'arômes et de type de produits sont facilement repérables en succursale ou en ligne et les conseillers sont formés pour guider les consommateurs pour faire des choix éclairés et responsables. Les prix des produits sont concurrentiels et reflètent la qualité des produits, leur traçabilité ainsi que l'accompagnement offerts aux clients.»