En 2017, l’Estrie a connu moins de blessés graves et légers, mais plus de décès que lors de l’année précédente.

Bilan routier 2017 : plus de morts, moins de blessés

Moins de blessés graves et légers, mais plus de décès. Tel est le bilan routier que dresse le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET), André Fortin, pour l’Estrie en 2017.

On a répertorié 14 décès, soit deux de plus qu’en 2016. Cela représente une augmentation de 16,7 pour cent par rapport à l’année précédente, mais une diminution de 20,5 pour par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Lire aussi: Bilan routier 2017: plus de morts, surtout chez les jeunes

La région dénombre 70 blessés graves en 2017, soit deux de moins qu’en 2016. Il s’agit d’une diminution de 2,8 pour cent par rapport à 2016 et de 9,8 pour cent par rapport à la moyenne des cinq dernières années, souligne un communiqué de presse.

Les blessés légers ont, eux aussi, connu une baisse, soit de 5,6 pour cent par rapport à 2016, leur nombre s’élevant à 1274 blessés. C’est une amélioration de 11,1 pour cent comparativement à la moyenne des cinq dernières années.

Concernant l’ensemble des victimes, ce sont 1358 personnes qui ont subi des dommages corporels dans un accident de la route en 2017, soit une diminution de 5,2 pour cent par rapport à 2016 et de 11,1 pour cent par rapport à la moyenne de 2012 à 2016, note-t-on.

Bilan national

Au Québec, le nombre d’accidentés a diminué de 474 par rapport à l’année dernière. Sur une moyenne de cinq ans, la tendance du bilan routier est toujours à l’amélioration. Toutefois, 2017 a été une année plus difficile en ce qui a trait aux nombres de décès et de blessés graves.

En effet, 13 décès de plus ont été enregistrés, alors que le nombre de blessés graves a augmenté de 28.

Le ministre mentionne que de nouvelles mesures du Code de la sécurité routière ont été adoptées le 18 avril dernier. Elles permettront d’améliorer le bilan routier des prochaines années, assure M. Fortin.

Pour Nathalie Tremblay, présidente et chef de la direction de la Société de l’assurance automobile du Québec, « dès 2018, la Société mettra en place des actions pour développer une connaissance plus fine des différentes réalités et être ainsi en mesure d’intervenir de façon plus ciblée ».

« De ce fait, la Table québécoise sur la sécurité routière sera renouvelée par la mise en place de groupes de travail qui se pencheront sur des enjeux de sécurité routière. Les deux premiers porteront sur les piétons et les motocyclistes. »