Bianca Bolduc

Bianca Bolduc emportée par le cancer

La détermination de Bianca Bolduc dans sa lutte contre la maladie n’aura laissé personne indifférent. Mais la Magogoise de 45 ans a finalement baissé pavillon devant le cancer, son ennemi juré.

Sentant ses forces l’abandonner peu à peu, Mme Bolduc avait accepté de recevoir des soins de type palliatif au cours des derniers jours. Elle est décédée vendredi matin.

« C’est triste comme nouvelle. Elle n’avait que 45 ans et avait deux garçons. C’est beaucoup trop tôt pour mourir. Mais elle s’est battue comme personne. Elle a tout essayé et a cru à sa guérison jusqu’à la dernière minute », fait valoir le restaurateur Renaud Légaré, qui avait organisé une importante campagne de financement pour venir en aide à la Magogoise.

M. Légaré confie avoir revu une dernière fois Bianca Bolduc au cours des derniers jours. Il a constaté qu’elle avait baissé sa garde. « Elle disait que, malgré ce qu’il lui arrivait, elle avait vécu sa vie », se rappelle-t-il.

Pour guérir, Mme Bolduc s’était notamment rendue en Allemagne afin de recevoir des traitements que des médecins spécialistes du Québec ont déjà décriés. Les traitements en question lui avaient néanmoins permis, selon toute vraisemblance, de se débarrasser de son cancer au foie. Les cellules cancéreuses dans ses os et ses ganglions, par contre, n’étaient pas disparues.

« Ils étaient très, très difficiles et douloureux, les traitements en Allemagne. Vraiment, ce n’était pas une fille qui reculait devant les difficultés. Et il ne fallait surtout pas lui dire qu’elle pouvait mourir. »

Renaud Légaré a notamment une pensée pour la famille de Bianca, dont ses deux fils. « Ce n’est pas facile pour ses deux garçons. Perdre une mère à leur âge, c’est révoltant », estime-t-il.

Actuellement en Tunisie pour participer à un événement international, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a également eu la chance de rencontrer Bianca Bolduc à quelques reprises ces dernières années. « C’était une femme inspirante qui s’est battue sans jamais abandonner », déclare-t-elle.

Mme Hamm ajoute que, grâce à l’argent qui avait été amassé au profit de la Magogoise, cette dernière a « obtenu plus de temps de qualité avec ses proches. On aurait aimé la garder encore plus longtemps, mais il faut tout de même remercier les gens d’avoir donné si généreusement lors de la campagne de financement ».