Gilles Bélanger accompagné de François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec.

Bélanger voit grand pour la station Mont Orford

Grand amateur d’activité physique et de plein air, le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription d’Orford, Gilles Bélanger, entend donner un nouvel élan à la station Mont Orford, s’il est élu en octobre.

M. Bélanger soutient que des investissements majeurs sont nécessaires à la station Mont Orford, sans quoi celle-ci ne pourra jouer pleinement son rôle au plan touristique.

« Il faudrait investir 20 millions dans le système d’enneigement à Orford pour faire en sorte qu’il soit mieux adapté à la réalité de la montagne, affirme le candidat de la CAQ. Entre autres, ça pourrait permettre de régler le problème des sédiments qui glissent des pistes vers le lac Memphrémagog. Il se fait de belles choses en Europe susceptibles de nous inspirer. »

Gilles Bélanger laisse entendre qu’un gouvernement formé par la CAQ serait prêt à participer financièrement à un projet qui viserait à améliorer les infrastructures de la station Mont Orford. Toutefois, il s’abstient de promettre un montant précis.

« Dans mon esprit, ce ne serait pas seulement le public qui investirait dans le secteur d’Orford. On aurait aussi besoin d’une participation du privé et je crois que des entrepreneurs pourraient justement être intéressés à faire leur part », note-t-il, tout en précisant qu’il supporte néanmoins la Corporation ski et golf Mont-Orford, gestionnaire de la station.

S’il souhaite des investissements à la station Mont Orford, le candidat de la CAQ espère aussi le développement de l’offre d’activités et d’hébergement ailleurs dans le secteur Magog-Orford.

« Je ne parle pas de créer des habitations dans le parc national du Mont-Orford. De toute façon, ce n’est pas obligatoire d’avoir des condos ou des chambres directement au pied des pistes. La majeure partie de l’hébergement est d’ailleurs assez éloigné des pentes à Stowe et Killington, qui sont malgré tout deux centres de ski de premier plan en Nouvelle-Angleterre. »

Le secteur industriel

M. Bélanger révèle par ailleurs avoir l’intention de favoriser le développement industriel, advenant son élection le 1er octobre prochain. Il estime qu’il serait possible d’ajouter 1000 emplois à ceux qui existent déjà dans le secteur manufacturier de la circonscription d’Orford.

« On devrait miser sur la technologie et le développement durable pour développer le secteur industriel. Je serais en mesure d’aller chercher des entreprises en Europe pour donner un coup de pouce. En plus, pour avoir de bons résultats, il faudrait impliquer l’Université de Sherbrooke, dont l’expertise serait utile dans des domaines précis », explique-t-il.

Quand on lui demande plus de détails, il évoque la création de serres «agrobio» qui seraient exploitées 12 mois par année. «Ça donnerait des emplois de bonne qualité en permettant l’approvisionnement local», précise-t-il.