Édouard Niquet est entouré de ses parents Justine Therrien et Julien Niquet.

Bébés de l'année: deux garçons en pleine santé

La nouvelle année s’est amorcée sous le signe de l’amour pour les parents d’Édouard Niquet et ceux de James Beaudoin, qui ont tous deux vu le jour le 1er janvier, leur conférant ainsi le titre de bébé de l’année 2019 dans la région.

Édouard Niquet est né par voie naturelle à 11 h 45, le 1er janvier à l’hôpital Brome-Missisquoi Perkins (BMP) de Cowansville. À sa naissance, il pesait 6 livres et 7 onces.

Le travail de la maman, Justine Therrien, a débuté dans la nuit du 31 décembre vers 1 h 30. « On n’a pas écouté le Bye Bye parce que les contractions commençaient. On a dû l’enregistrer », lance en riant son conjoint Julien Niquet.

Après avoir soupé, Justine a senti que le travail commençait et qu’il se poursuivrait pour le reste de la soirée.

Bien que la date d’arrivée du poupon était prévue pour le 4 janvier, Justine se doutait que le petit Édouard se pointerait le bout du nez un peu plus tôt. « Son frère était arrivé cinq jours avant la date prévue alors je me disais que ça pouvait encore arriver », explique-t-elle.

Stress

Les parents ont eu une petite frousse lorsqu’ils se sont aperçus que le cordon ombilical était autour du cou d’Édouard. « Son cœur décélérait beaucoup et il y avait beaucoup plus de stress qu’au premier accouchement », a avoué le couple dans la mi-trentaine.

« [Justine] s’attendait à ce que le deuxième soit plus facile [à avoir], mais ce ne l’était pas », mentionne Julien.

Descendance

Originaires du Saguenay Lac-Saint-Jean et récemment installés à Bromont, Justine et Julien sont propriétaires du vignoble Maison agricole Joy Hill à Frelighsburg et de la cidrerie Alma, compagnie de cidre.

Entrepreneurs dans la vie, ils ont donc décidé d’appeler leur petit garçon Édouard pour honorer l’arrière-arrière-grand-père de Julien, Édouard Niquet, qui a fondé la municipalité Péribonka au Saguenay Lac-Saint-Jean.

« J’ai vu ce nom-là quand je lisais l’histoire des Niquet », raconte Julien.

Il s’agit du deuxième garçon pour le jeune couple qui appréhende la rencontre entre leur nouveau-né et leur garçon de 4 ans et demi. « Il est un petit peu jaloux », avoue Julien. « Je pense qu’il est un peu sous le choc », a ajouté Justine.

Au moment de l’entrevue avec La Voix de l’Est, Édouard se préparait à rencontrer son grand frère dans les prochaines heures.

James Beaudoin est venu au monde dix jours avant la date prévue. Il est ici entouré de ses parents Gabrielle Cliche et Mathieu Beaudoin.

Un premier bébé

Le bébé de l’année du côté de Granby est venu au monde par voie naturelle un peu plus tardivement, soit le 1er janvier à 14 h 11. James Beaudoin pesait 6 livres et 9 onces à sa naissance.

Il s’agissait d’une première expérience pour le couple granbyen Mathieu Beaudoin et Gabrielle Cliche, tous deux âgés de 27 ans.

Les parents ont été d’autant plus déstabilisés lorsque James est né dix jours avant la date prévue.

« On ne s’attendait pas à ça. [...] Toute la journée je me sentais bizarre... On aurait dit que tout était bizarre. Mes grands-parents me disaient : “c’est la pleine lune, souvent le monde accouche à la pleine lune’’ », raconte Gabrielle.

La nouvelle maman se rappelle que le 31 décembre est la première journée où elle a mentionné être prête à accueillir son bébé... son vœu aura été exaucé !

Émotions intenses

Gabrielle a vécu son accouchement avec beaucoup d’émotions. « C’était vraiment intense. Je ne pensais pas que ce serait aussi intense, mais une fois que tu as l’épidurale ça va mieux », avoue-t-elle.

Le travail de la nouvelle maman a débuté dans la nuit du 31 décembre vers 2 h 30. Ce n’est que 12 heures plus tard que James a vu le jour.

Le papa s’est quant à lui montré emballé par ce cadeau de la vie qu’il souhaite s’offrir une seconde fois. « J’en veux plein d’autres [...] c’était merveilleux [l’accouchement]. J’ai sorti le bébé d’elle, je lui ai donné et j’ai coupé le cordon ombilical. Je l’ai soutenue tout le long », a lancé Mathieu alors que sa copine se montrait plus rationnelle. « Je vais commencer par passer au travers de ce que j’ai vécu. On dirait que je suis un peu traumatisée », a-t-elle dit.

Malgré la fatigue accumulée des derniers jours, les parents avaient les yeux pétillants de bonheur.

Le premier bébé estrien de 2019 à naître est la petite Flavie. Elle est née au CHUS Fleurimont dans la nuit du 31 décembre à 2 h 26 avec un poids de 7 livres et 13 onces.