En assemblée ordinaire mardi soir, la mairesse Julie Morin a expliqué que son conseil était à la recherche d’autres solutions avant de trancher.

Barrage du lac aux Araignées : Lac-Mégantic n’a pas encore statué

Le conseil municipal de Lac-Mégantic n’a pas encore statué sur la demande de référendum sur l’emprunt de 685 500 $ que la Ville souhaite contracter pour la réfection du barrage du lac aux Araignées.

En assemblée ordinaire mardi soir, la mairesse Julie Morin a expliqué que son conseil était à la recherche d’autres solutions avant de trancher.

« Nous avons 120 jours à la suite du règlement original pour aller de l’avant et nous devons donner un avis de cinq semaines à l’avance, ce qui nous mène au 14 avril 2019. Cela va devenir urgent », a-t-elle dit.

Rappelons que mercredi dernier, 547 Méganticois ont signé un registre pour demander un référendum sur cet emprunt alors que 510 signatures étaient requises pour obliger cette procédure. Le conseil a maintenant deux options, soit tenir un référendum sur ce règlement ou mettre fin au processus d’adoption de l’emprunt.

« Le message des citoyens est très clair, avec ce registre, et nous avons bien reçu le résultat. Nous devons trouver la solution pour agir. Nous cherchons des portes de sortie. Nous avons d’abord rencontré Miroslav Chum, qui a des compétences dans ce dossier. Ce fut une rencontre très productive, effectuée dans le respect. M. Chum a appris que nous ne voulons pas rehausser le niveau du lac, mais seulement le maintenir au niveau actuel », a indiqué la mairesse.

« Nous avons également eu des discussions avec le ministère de l’Environnement, avec le Centre hydrique du Québec, et nous avons aussi regardé l’expérience d’autres municipalités dans des situations similaires. Puis nous avons eu des discussions avec la Municipalité de Frontenac et avec la MRC (du Granit). Nous n’avons pas encore de confirmations, mais nous sommes en action et il faut faire vite. Le règlement d’emprunt est seulement une permission d’emprunter et nous savons qu’un fonds sera bientôt disponible pour des subventions. Nous devrions être admissible », a conclu Mme Morin.

Le BAPE au printemps

Par ailleurs, à la période de questions, un citoyen qui sera exproprié dans le dossier de la voie de contournement ferroviaire, Sylvain Côté, s’est inquiété que les audiences du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet, qui avaient été évoquées pour ce mois de janvier, n’aient pas encore été annoncées.

La mairesse Morin a précisé avoir été avisée la semaine dernière que ces audiences, une étape importante vers la construction de cette voie très attendue, seraient retardées, vraisemblablement jusqu’en mai ou juin.

« Cela n’aura pas d’incidence sur le calendrier de construction déjà prévu. Les études pour la phase 2 sont en train de se terminer, en parallèle, et seront acheminées au ministère de l’Environnement sous peu », a déclaré Mme Morin.

C’est le ministère de l’Environnement qui donne, par la suite, le mandat au BAPE de tenir des audiences publiques.

M. Côté s’est offusqué que les propriétaires qui doivent être expropriés ne soient pas informés en priorité. « Nous avons nous aussi des projets et ces délais retardent nos projets », a-t-il simplement confié.

Finalement, la Ville de Lac-Mégantic a adopté son règlement statuant que la consommation de cannabis sera interdite dans les lieux publics, à l’instar de plusieurs autres villes québécoises.