Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Groupe citoyens de la rue Baie-des-Sables a fait circuler des images qui rendent compte de l’écoulement des eaux lors des fortes pluies du 25 décembre 2020.
Le Groupe citoyens de la rue Baie-des-Sables a fait circuler des images qui rendent compte de l’écoulement des eaux lors des fortes pluies du 25 décembre 2020.

Baie des Sables : les citoyens interpellent le ministère de l’Environnement

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Non satisfaits des gestes posés jusqu’à maintenant par les Municipalités pour freiner l’érosion des ruisseaux et contrôler la sédimentation dans le secteur baie des Sables du lac Mégantic, des citoyens ont déposé un signalement au ministère de l’Environnement lundi.

« On sait qu’il y a là une problématique qui n’a pas été corrigée. On lui demande d’identifier les causes, d’identifier les responsables et de corriger le plus rapidement possible. Parce qu’au printemps, la boue va encore couler dans la baie des Sables », résume le porte-parole du groupe de citoyens, Robert Bellefleur.

L’automne dernier, pétition à l’appui, ces citoyens avaient talonné les municipalités de Lac-Mégantic et de Nantes ainsi que la MRC du Granit pour réclamer un plan d’action concerté. 

Le problème, selon eux, vient de la gestion déficiente des eaux pluviales en provenance de quelques développements domiciliaires dans le bassin versant nord-est du lac. 

Cette fois ils interpellent le Ministère en particulier pour un développement du secteur Laval-Nord de Nantes qui pourrait affecter directement la plage de la station touristique Baie-des-Sables. 

« Nantes a fait quelques correctifs, mais on parle de corrections plus cosmétiques que fonctionnelles, explique M. Bellefleur. Le jour de Noël on est allé voir comment se comportait le bassin versant et on a constaté que les correctifs n’étaient pas suffisants. »

Signalements

La direction régionale du ministère de l’Environnement aurait pour sa part reçu des signalements à quelques occasions depuis deux ans, selon lui. Elle aurait fait des interventions, mais le problème perdure. 

Avec l’adoption de son budget 2021 en décembre, la Ville de Lac-Mégantic a pour sa part déposé un plan d’action d’un million $ sur trois ans pour lutter contre l’érosion et la sédimentation aux abords du lac Mégantic, avec des travaux prévus dès ce printemps.  

La MRC du Granit aurait aussi répondu aux citoyens cet automne que leurs préoccupations avaient été entendues et qu’elle entendait considérer le problème dans son plan régional de protection des milieux humides et hydriques.

Le Groupe citoyens de la rue Baie-des-Sable juge que ces engagements ne sont pas suffisants, qu’ils ne ciblent par la bonne priorité et que le temps presse pour agir avant le dégel.

Il entend d’ailleurs s’adresser à nouveau au conseil des maires lundi prochain.

« C’est la responsabilité de la MRC de s’assurer que les municipalités ont des règlementations adéquates en matière de gestion des eaux pluviales, martèle M. Bellefleur. On s’attend à ce qu’elle mette en place une règlementation plus robuste en matière de protection des eaux des bassins versants. »

La direction régionale du ministère de l’Environnement n’était pas en mesure de commenter le dossier mardi.