Jean Lapierre a représenté les circonscriptions de Shefford et d’Outremont à la Chambre des Communes, de 1979 à 1992, puis de 2004 à 2007.

Autoroute Jean-Lapierre: Rouville s’oppose au changement de nom

La table des maires de la MRC de Rouville a adopté mercredi une résolution s’opposant à la proposition de renommer un tronçon de 45 kilomètres de l’autoroute 10 en la mémoire de l’ancien député fédéral Jean Lapierre.

Les élus ne s’opposent pas à l’idée d’honorer l’homme politique et chroniqueur décédé en mars 2016 dans l’écrasement de l’avion qui le menait, lui et des membres de sa famille, aux funérailles de son père aux Îles-de-la-Madeleine, précise le préfet Jacques Ladouceur.

« On s’est posé des questions. Jean Lapierre a été député de Shefford, rappelle-t-il. Mais le tronçon qui serait renommé en sa mémoire serait celui qui part du pont Champlain, à Montréal, jusqu’à Saint-Césaire, où commence sa circonscription. Pour nous, il y a quelque chose qui ne marche pas. Si au moins on avait choisi 45 kilomètres qui traversent le comté... »

Rappelons toutefois que le député de Granby et ministre provincial des Transports, François Bonnardel, voyait dans ce choix un clin d’œil au parcours politique de celui qui a représenté les circonscriptions de Shefford et d’Outremont à la Chambre des Communes, de 1979 à 1992, puis de 2004 à 2007.

L’élu souhaitait d’abord donner le nom de Jean Lapierre à un tronçon de la route 112, qui traverse toute la circonscription fédérale de Shefford, mais s’est ravisé, ajoutant que pour des fins pratiques, il était plus sage de viser l’autoroute 10.

Intégralité

Rouville se questionne également sur la longueur du segment de l’autoroute qui serait rebaptisé par la Commission de toponymie du Québec, qui étudie présentement la question.

« L’autoroute 10 fait 145 kilomètres de long, souligne aussi le préfet, également maire de la municipalité de Richelieu. Va-t-on commencer à la renommer petit bout par petit bout ? Si on regarde l’autoroute Jean-Lesage, elle garde le même nom tout le long au Québec. Tant qu’à faire, aussi bien lui donner le nom de Jean Lapierre au complet. »

« Aussi, y a-t-il juste Jean Lapierre qui peut être honoré ? Plein de gens pourraient donner leur nom à l’autoroute », renchérit le préfet, précisant à nouveau que ni lui ni ses homologues à la table des maires n’entretiennent de mauvais sentiments à l’égard du défunt.

Ce faisant, la MRC a résolu de proposer à la commission que « si l’on souhaite attribuer un nom, quel qu’il soit, à l’autoroute des Cantons-de-l’Est, il devrait être attribué à la totalité des 145 kilomètres composant l’autoroute des Cantons-de-l’Est, qui se situe entre Montréal et Sherbrooke », a-t-on expliqué à La Voix de l’Est.

Unanimité

La résolution a été adoptée à l’unanimité par les maires de Rouville, mardi. Or, à sa séance du 10 avril dernier, le conseil municipal de Saint-Césaire avait adopté une résolution d’appui au changement de nom. Il n’a pas été possible d’obtenir de commentaires à ce sujet, jeudi.

Richelieu, qui a adopté le 1er avril une résolution en tous points similaire à celle de la MRC, et Saint-Césaire sont les seules municipalités s’étant prononcées auparavant sur la question.

Jusqu’à présent, les municipalités de Saint-Paul-d’Abbotsford, Rougemont, Ange-Gardien et Sainte-Angèle-de-Monnoir n’ont pas abordé le sujet lors de leurs séances respectives.

Marieville a pour sa part choisi de ne pas se prononcer par résolution lors d’une séance publique. Les élus ont toutefois penché en défaveur du changement de nom lors d’un comité plénier, a indiqué Marie-Ève Hébert, responsable des communications à la municipalité.

« Le conseil n’est pas contre l’idée d’honorer cette personnalité, mais plutôt en désaccord avec la nécessité de changer ce tronçon en particulier », a-t-elle précisé dans un échange de courriels.