Plus de 200 personnes ont assisté hier soir à la Commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) au sujet du projet de voie de contournement ferroviaire du centre-ville de Lac-Mégantic, à la salle Bestar du Centre sportif Mégantic.

Audiences du BAPE à Lac-Mégantic: pluie de critiques sur le tracé

La première partie de la commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), reliée au projet de voie de contournement ferroviaire du centre-ville de Lac-Mégantic, a débuté comme prévu mardi soir, au Centre sportif de Mégantic.

Cette première partie visait à informer autant la population que la commission elle-même, afin de mettre en lumière tous les aspects. Elle a été présidée par les commissaires Joseph Zayed et Pierre Renaud, très rigoureux et très clairs dans leurs instructions. Environ deux cents personnes y ont participé avec beaucoup d’attention.

Après les instructions d’usage émises par M. Zayeb, un long préambule qui a duré une bonne demi-heure, l’instigateur du projet de voie de contournement, la Ville de Lac-Mégantic, représentée par l’ingénieur Conrad Lebrun, a été appelé à redéfinir le projet pour le bien des participants. Pour ce faire, M. Lebrun a fait appel à plusieurs consultants des firmes Standec et AÉCOM qui ont été surveillants de travaux et responsables d’études de faisabilité, qui en ont présenté tous les éléments dans ses moindres détails.

Par la suite, après une pause où les citoyens pouvaient s’inscrire, une période de questions a débuté, pour poser leurs questions aux commissaires, experts, représentants de différents ministères et aux gens de la Ville de Lac-Mégantic.

Émeri Bélanger, citoyen de Lac-Mégantic, a fait connaître ses préoccupations sur le drainage des pentes où sera construite la voie de contournement, vers le lac, tel qu’annoncé principalement dans le projet. Mais selon lui, cet écoulement irait plutôt vers la rivière Chaudière, ce qui a finalement été confirmé par les experts présents. Sa deuxième question portait sur la voie d’évitement de Vachon, sur le territoire de Frontenac, qui a suscité des réactions toute la soirée. « La Municipalité de Frontenac va s’opposer à la voie de contournement si la desserte de Vachon persiste sans être déménagée dans le parc industriel de Lac-Mégantic », a lancé un représentant de la MRC du Granit.

Le commissaire Joseph Zayeb et son collègue Pierre Renaud, ont présidé la Commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) au sujet du projet de voie de contournement ferroviaire du centre-ville de Lac-Mégantic, dont le mandat a débuté hier en soirée, à Lac-Mégantic.

Gare de triage

Le fait que le projet de gare de triage dans le parc industriel de Lac-Mégantic n’était pas, au point de départ, inclus dans le mandat du BAPE, a été aussi un sujet chaud au cours des interrogations des citoyens. « Évitons de faire les mêmes erreurs en laissant les voies d’évitement en haut des côtes, ce qui a causé la tragédie de Lac-Mégantic, en 2013, à Nantes », a préconisé lui aussi Richard Poirier, résidant de Lac-Mégantic.

Sylvain Côté, également de Nantes, s’est montré critique envers le tracé retenu, en fonction des milieux humides, qu’on ne cherche pas à éviter, ce qui aurait pu se faire en adoptant un tracé au nord de la route 161, à 500 pieds du tracé proposé, et qui serait un grand avantage à cet égard.


«  Évitons de faire les mêmes erreurs en laissant les voies d’évitement en haut des côtes, ce qui a causé la tragédie de Lac-Mégantic, en 2013, à Nantes.  »
Richard Poirier, citoyen de Nantes

Pour sa part, le maire de Nantes, Jacques Breton, a affirmé qu’il ne pouvait être d’accord avec le tracé retenu s’il ne passe pas au nord de la route 161, où d’après lui, il y aurait beaucoup d’avantages pour sa Municipalité, quant à l’intégrité, entre autres, de tout un quartier où un ensemble résidentiel devait voir le jour.

Au moment d’aller sous presse, une dizaine de citoyens souhaitaient encore poser leurs questions, ce qui pouvait se prolonger jusqu’à une heure tardive.