Il n’y a pas eu de bris de service dans les différents départements du CIUSSS de l’Estrie-CHUS cet été, y compris dans les salles d’urgence, qui ont été très occupées.

Aucun bris de service cet été au CIUSSS

La direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS s’attendait à un été très difficile dans l’ensemble de son établissement et elle s’était « préparée en conséquence en mettant en place très tôt un grand nombre d’actions ». La direction jette un regard soulagé sur l’été que son personnel et ses patients viennent de traverser « même si tout n’a pas été parfait partout ».

« La période estivale n’est pas encore terminée et le bilan officiel ne sera connu qu’un peu plus tard à l’automne », nuance d’entrée de jeu Gaëlle Simon, directrice adjointe des ressources humaines pour la gestion intégrée de la main-d’œuvre au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, précisant que la période estivale commence en mai pour se terminer début octobre au CIUSSS.

À LIRE AUSSI: Les employés épuisés, les syndicats en mode solutions

« Parmi les choses positives, nous avons maintenu l’offre de services partout ; il n’y a pas eu de bris de services », dit-elle.

Si les employés ont trouvé l’été difficile (voir autre texte), les patients ont cependant eu droit aux mêmes services qu’au printemps ou qu’ils y auront droit à l’automne.

« Cet été, il y a eu le même nombre d’heures travaillées qu’au mois d’avril ; ça veut dire qu’on a donné autant de services », affirme Mme Simon.

« Nous avons aussi réussi à ramener 50 personnes au travail ; c’est un gain net d’heures travaillées ajoutées dans l’organisation et quelque chose que nous n’avions pas réussi à faire l’été passé », souligne-t-elle. Cela ne signifie pas que des employés ne sont pas partis en assurance salaire cet été, mais avec le nombre de retours, le gain net pour l’organisation est quand même de 50 personnes.

« Nous avons également une diminution des heures supplémentaires obligatoires, notamment pour les préposés aux bénéficiaires (PAB) », explique Mme Simon sans cacher toutefois que le temps supplémentaire et le temps supplémentaire obligatoire ont quand même fait partie du tableau durant tout l’été, et ce, un peu partout dans l’organisation.

« Nous n’avons pas atteint nos cibles à 100 %, mais nous avons fait des gains par rapport à l’été passé », ajoute-t-elle.


« Nous n’avons pas atteint nos cibles à 100 %, mais nous avons fait des gains par rapport à l’été passé. »
Gaëlle Simon, du CIUSSS de l’Estrie-CHUS

L’été n’est pas terminé que la direction des ressources humaines travaille sur les prochaines périodes qui sont à risque d’être difficiles, comme la période des Fêtes puis l’été 2020.

« Nous sommes en train de pérenniser les actions que nous avons mises en place au printemps. On a fait énormément de travaux avec nos partenaires syndicaux, même durant l’été, afin de stabiliser les équipes », soutient Gaëlle Simon.

Le CIUSSS a pu compter cet été sur un grand nombre d’étudiants qui sont venus travailler pendant leur congé scolaire. Maintenant que les étudiants sont retournés sur les bancs d’école, que fera-t-on pour combler leur perte?

« Avec la fin de la période estivale, notre force habituelle de travail est de retour, il y a moins de vacances. On essaie de prolonger nos garanties d’heures pour que les gens restent avec nous en fonction de leurs disponibilités ; nous essayons aussi de diminuer la disponibilité minimale qui est demandée à nos employés », cite-t-elle en guise d’exemples.