L’entreprise de vêtements ATTRACTION a doublé sa capacité de production pour répondre à la demande d’équipements de protection médicale comme des masques.
L’entreprise de vêtements ATTRACTION a doublé sa capacité de production pour répondre à la demande d’équipements de protection médicale comme des masques.

ATTRACTION en mode embauches

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Ça chauffe à Lac-Drolet. Le manufacturier de vêtements ATTRACTION a doublé sa capacité de production pour répondre à la demande grandissante d’équipements de protection médicale comme des masques et l’engouement pour les vêtements de fabrication locale.

L’entreprise doit procéder à la création de soixante-dix nouveaux emplois à temps plein ou partiel dans ses installations.

On a rappelé au travail, dans le respect des consignes de la santé publique, les 80 employés de production ainsi que la majorité de son personnel administratif, annonce-t-on dans un communiqué de presse.

« Nous avons été touchés de voir l’engouement avec lequel nos employés sont revenus au travail et de constater la fierté qu’ils éprouvent à contribuer en confectionnant des masques et des blouses de contagion », se réjouit Julia Gagnon, vice-présidente opérations.

« De plus, nous constatons un regain d’intérêt pour le métier d’opérateurs de machine à coudre. Notre équipe compte de plus en plus de jeunes et de garçons. C’est très motivant à voir ! » 

ATTRACTION est à la recherche d’aide-générales, d’opérateurs et d’opératrices de machine à coudre et d’un mécanicien pour ses quarts de travail de soir et de fin de semaine principalement.

Au cours des dernières semaines, la direction a concentré ses efforts à fabriquer plus de 600 000 masques de jersey non médicaux et des milliers de blouses de contagion. Même le premier ministre Justin Trudeau porte un masque « made in Lac-Drolet », fait remarquer la compagnie. 

« Après plusieurs semaines de production, la demande ne diminue pas et l’engouement généralisé pour les produits locaux nous pousse à investir pour augmenter notre capacité de production. Nous avons la profonde conviction que la production locale d’équipements de protection individuelle (ÉPI) fera partie de notre réalité pour un bon moment et que les Québécois et les Canadiens sont sensibilisés à l’achat local plus que jamais », souligne pour sa part Sébastien Jacques, vice-président ventes et développement des affaires.

« Le “fait ici” sera très populaire pour de nombreuses années, nous avons besoin d’embaucher maintenant pour répondre à la demande. » 

Julia Gagnon et Sébastien Jacques, copropriétaires.

ATTRACTION, qui produit des vêtements depuis 1980, a dû faire face à l’interruption de sa production ce printemps comme la majorité des autres entreprises du Québec. L’entreprise a dû se tourner sur un dix sous pour trouver une façon de contribuer et de créer de la valeur. L’idée de produire des masques et des blouses lavables a surgi. « Nous avions l’expertise, la capacité de production et ce nouveau créneau rejoignait nos valeurs et notre vision. Ça nous a donné beaucoup d’énergie pour s’investir et développer le projet en équipe », revient Mme Gagnon.

« Dans les semaines qui ont suivi, il a fallu travailler sept jours sur sept, produire des quantités impressionnantes de prototypes, passer par-dessus la déception reliée aux résultats de tests trop souvent négatifs, surmonter des embuches, user de créativité pour pallier les nombreux délais reliés aux transports ou diverses ruptures de stock… c’était le chaos, mais les efforts de notre équipe ont porté fruit. »

Présentement, l’équipe produit plus de 8000 masques par jour et 12 000 blouses de contagion par semaine. « À compter de la fin juillet, nos embauches et investissements en cours nous permettront d’en produire encore plus et d’augmenter significativement la cadence », renchérit Sébastien Jacques.

L’entreprise familiale profite aussi de l’engouement pour l’achat local pour vendre aux consommateurs à partir de plateformes web. Les produits de marque Ethica sont aussi en vente en ligne sur les sites de Ma zone Québec et celui de la Fabrique 1840 de Simons.

Julia Gagnon et Sébastien Jacques sont les copropriétaires et la relève de la deuxième génération de l’entreprise.